Le « wilayat al-faqih » et la « takli char’i » fondement de la discipline interne du Hezbollah

Le wilayat al-faqih et la takli char’i  fondement de la discipline interne du Hezbollah

 

Le Hezbollah, organisation née en 1984, considérée comme le « le bras sociopolitique[1] » de la RIL (Résistance islamique au Liban), est une organisation qui se caractérise par une discipline interne avérée et reconnue par l’ensemble des observateurs. Cette discipline tire ses fondements dans la culture chiite du « Parti de Dieu », qui s’illustre par le principe du wilayat al faqih.

Le wilayat a-faqih, un principe réinvesti par Khomeiny

Ce principe renvoie littéralement au « gouvernement du jurisconsulte », repris et réinvesti par l’ayatollah Khomeiny faisant de lui « le jurisconsulte(…) qui assume toutes les prérogatives du Prophète[2] ». Ce concept reste débattu tant il empiète sur la fonction des imams et tant il donne à Khomeiny un pouvoir quasi-personnel sur l’ensemble de la communauté chiite. Ce principe sera intégré à la Constitution iranienne en 1979, faisant du Guide de la Révolution l’autorité suprême de la structure étatique iranienne.

 

Le wilayat principe fondateur du Hezbollah

Depuis sa naissance, le Hezbollah a toujours fait du wilayat al faqih un des principes fondamentaux de son organisation. Cette revendication sera reprise par ses adversaires qui y voient la preuve d’une mainmise iranienne sur le « Parti de Dieu » et contestant par là même la libanité et l’attache nationale de ce dernier.

Le wilayat al-faqih d’essence religieuse est en réalité un principe de gouvernement politique. Khomeiny lui-même l’admet lorsqu’il énonce que le wilayat « signifie le gouvernement, l’administration et la gestion politique d’un pays[3] ».

Dans les faits, le wilayat al-faqih renvoie plus à un accord ou un assentiment qu’à un contrôle  intégral. De même, cet aval n’est demandé que dans certaines circonstances précises et définies, comme la mise en péril de la République islamique iranienne, la remise en cause de grands principes de la pratique du parti, ou celles dont la légalité religieuse (al-char’iyya) questionnent[4].

De même, Na’im Qasim, vice secrétaire général du Hezbollah, explicite bien les rapports hiérarchiques existant entre le Hezbollah et le régime iranien. Selon lui, le lien hiérarchique ne concerne que le waliy et le Hezbollah, donc le Guide de la révolution et non le régime iranien.

Le Hezbollah considère donc le wilayat al faqih comme « le garant de l’application des lois islamiques (…) et trace les grandes orientations politiques qui se rattachent à l’intérieur de la oumma». En ce sens, « c’est lui qui décide de la guerre et de la paix, qui est responsable de la sécurité des personnes, de leurs biens et de leur honneur[5]». Le Hezbollah a reconnu a plusieurs reprises avoir recouru au wilayat al-faqih, la formation même de l’organisation ayant nécessité la mise en œuvre du principe à travers l’aval de Khomeiny. Le recours au wilayat al faqih concerne donc des champs précis et importants, comme lorsque le parti a choisi d’entrer dans le jeu politique en 1992, ou encore lorsque des opérations militaires d’envergure sont menées contre Israël.

Comme nous l’avons dit, cet aval concerne les questions trop lourdes de conséquences pour être laissées à la méconnaissance du Guide la Révolution. Ainsi le reste des questions est laissé à la discrétion du parti, qui dispose donc d’une « grande autonomie[6] » dans la mise en œuvre de ses objectifs internes.

 

Le wilayat, fruit de la cohésion interne

Par son positionnement, le wiliy permet d’assurer au sein du Hezbollah une cohésion forte et durable. Son rôle d’arbitre permet d’empêcher toute division ou scission interne. Il tranche par ses décisions les ordres de priorités stratégiques, politiques et militaires lorsque ces derniers sont sources de différents au sein de l’organisation. Il arbitre également les divergences entre les courants et les personnes qui portent sur des questions primordiales d’organisation et dont la pérennité du parti est engagée. L’appartenance au parti étant conditionnée par l’obéissance au wiliy, toute divergence avec l’arbitrage de celui-ci entraine soit le départ volontaire soit l’exclusion du parti. En 1992, lorsqu’Al-Tufayli s’oppose au Conseil de décision à propos de la participation du parti aux élections législatives, seule la fatwa de Khamenei soutenant le Conseil permet d’éviter une division interne et le départ de Al-Tufayli[7].

 

Le taklif char’i, fruit de la discipline du Hezbollah et de sa base militante.

Concernant la base et les cadres intermédiaires du Hezbollah[8], il existe une corrélation entre le principe du wilayat al-faqih et du taklif char’i. La discipline interne n’est permise que par la combinaison de ces deux principes. Le principe du taklif char’i renvoie à l’obligation religieuse. Ce principe a lui-même été défini par un cadre du Hezbollah. Selon ce dernier, « pour ceux qui l’adoptent, le wilayat al-faqih se traduit par ce qu’on appelle l’obligation religieuse (al taklif al-char’i) qui assure à la personne qui doit la remplir (al-mukallat) un sentiment d’innocence, de non culpabilité sur le plan religieux[9] ».

Le taklif char’i ne découle pas du wilayat al-faqih directement. Le principe d’obligation religieuse tire ses racines avant tout du dogme chiite, imposant l’observation stricte des préceptes religieux et des directives qui s’ensuivent. La base du Hezbollah doit donc faire œuvre d’obéissance envers sa hiérarchie, cette dernière étant dépositaire de l’autorité de waliy al-faqih. Car comme déjà énoncé, les cadres du Hezbollah sont eux-mêmes sujets de l’autorité de waliy, en la personne de Khamenei. De même, Nasrallah, Secrétaire Général du parti, ayant choisi Khamenei comme marja le Guide de la Révolution détient donc une double légitimité religieuse[10].                                                                                                                                   A travers le respect pieux d’un principe religieux, le taklif char’i permet d’assurer l’obéissance des membres à sa hiérarchie. Cependant ce principe n’est pas utilisé de manière systématique, il répond à des situations précises susceptibles de nuire au parti. En 1998, l’application des principes du wilayat et du taklif char’i ont permis de limiter les désertions massives des cadres originaires de la Bekaa qu’a suscité l’expulsion d’Al-Tufayli du Hezbollah[11]. Autre exemple symbolique de l’application du taklif char’i, est celui de 2007, ou après des rixes entre militants du 14 mars et du 8 mars, la direction du parti déclare taklif char’i l’interdiction d’ouvrir le feu en représailles et permet d’éviter l’escalade politique.

[1] Aurélie DAHER, « LE HEZBOLLAH, mobilisation et pouvoir », p24

[2] Aurélie DAHER, « LE HEZBOLLAH, mobilisation et pouvoir », p41,

Cité par Wajih Kawtharani

[3] Aurélie DAHER, « LE HEZBOLLAH, mobilisation et pouvoir », p215

Cité dans Abdallah Qasir, « Wilayat al-faqi »

[4] Aurélie DAHER, « LE HEZBOLLAH, mobilisation et pouvoir », p215

[5] Aurélie DAHER, « LE HEZBOLLAH, mobilisation et pouvoir », H CHEHABI, p80

 

[6] Aurélie DAHER, « LE HEZBOLLAH, mobilisation et pouvoir », N. Qasim, p 216

[7] Aurélie DAHER, « LE HEZBOLLAH, mobilisation et pouvoir », p217

[8] Aurélie DAHER, « LE HEZBOLLAH, mobilisation et pouvoir », p218

[9] Aurélie DAHER, « LE HEZBOLLAH, mobilisation et pouvoir », A. QASIR, p218

[10] Les marja’s appelé marja’al taqlid ou « source d’émulation » sont les oulémas chiite chargé de guider la vie sociale des fidèles à travers notamment des édits religieux (fatwa-s). Ils sont aux nombre d’une demi douzaine, et chaque fidèle peut s’associer au marja de son choix, s’engageant moralement à respecter ses fatwa-s et à vers le khums, impot représentant 20% de chacune des plus-values du fidèle ou du montant annuel des économies réalisées par celui-ci.

[11] Aurélie DAHER, « LE HEZBOLLAH, mobilisation et pouvoir », p219

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s