Etats-Unis : l’ouverture de l’armée américaine au port distinctif de signes religieux

simrat

Le capitaine Simratpal Singh

L’armée américaine s’est distinguée ces dernières années avec l’autorisation donnée à ses soldats de pouvoir servir la nation tout en conservant certaines particularités religieuses.

En ce début d’année 2017, l’armée des Etats-Unis vient d’autoriser les femmes musulmanes au sein de ses rangs à pouvoir porter le hijab durant leur exercice militaire. Cette nouvelle réglementation vient conforter le Pentagone dans son ouverture aux ports distinctifs de signes religieux. En effet, cette décision survient après qu’il a été autorisé en 2014 le port de la barbe islamique et du turban en tout légalité pour les militaires américains en service. Le port de la kippa avait été autorisé par la Cour Suprême dans les années 1980. En 2016, c’est un capitaine d’origine indienne Sinkh, Simratpal Singh, qui a vu sa demande de porter le turban traditionnel, la barbe et les cheveux longs propres à sa communauté de façon permanente avec son uniforme de soldat américain, et-ce bien qu’il ait déjà bénéficié en décembre 2015 d’une autorisation effective de porter le turban et la barbe sous son uniforme de soldat pendant seulement un mois.

Une société américaine en évolution

L’armée américaine, au travers de ces décisions historiques, tend à vouloir s’adapter au multiculturalisme croissant de la société étasunienne. Selon une étude de la BBC, l’armée américaine comptait dans ses rangs en 2014 quelques 3 700 soldats musulmans. Dans un pays où la liberté religieuse est totale, et le communautarisme particulièrement développé, la possibilité donnée aux minorités religieuses de pouvoir invoquer leurs traditions vestimentaires et physiques n’en reste pas moins exceptionnelle dans un cadre militaire.

Un contrôle au cas par cas

Près de 100 000 soldats sont déjà autorisés au sein de l’armée américaine à porter la barbe pour raisons médicales. À l’été 2015, un juge fédéral américain a déclaré qu’il était impossible d’invoquer l’argument de la sécurité au fait de s’opposer au port de la barbe islamique par des soldats sachant le nombre important de GI’s ayant conservé leur pilosité faciale pour motifs médicaux. Ces nouvelles autorisations vestimentaires et spirituelles libéralisants la tenue originelle du soldat, à savoir cheveux courts et barbes rasées, seront néanmoins accordées au cas par cas en prenant en compte de l’impact que ces autorisations pourraient avoir sur l’unité, la discipline ou encore la sécurité au sein d’un régiment.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s