La cyberterritorialité, une réalité méconnue du grand public 1/2

Les noms de domaine sont couramment utilisés dans la compréhension et la territorialité d’Internet: pages Web, Emails, FTP,… Cependant, comme chaque actif, qu’il soit matériel ou immatériel, une appartenance territoriale existe mais reste peu comprise du grand public. Tel le pétrole pour les UAE, le phosphate pour la Polynésie, l’économie liée à la vente de noms de domaine est une manne financière pour de nombreux pays. Explications.

En 1983, Jon Postel et Paul Mockapetris, deux chercheurs à l’Université de Californie du Sud, développèrent un outil technique pour rendre plus souple l’utilisation des ressources informatiques. En effet, jusque là, il fallait accéder,  et donc mémoriser, l’adresse IP d’un serveur afin d’accéder au contenu lié. Poste et Mockapetris inventèrent le Domain Name System, système des noms de domaine.

Ainsi, une suite de caractères alphanumériques permettent tel un masque d’accéder à une ressource. Pour un internaute souhaitant accéder au site du Sénat, il est préférable pour lui d’aller sur http://www.senat.fr plutôt que 158.255.107.218. De même, cela permet au site du Sénat de changer d’adresse IP sans que cela soit dommageable pour lui et son public.

Le système des noms de domaine est architecturé selon des niveaux, séparés par un signe de ponctuation, le point. Il se lit de droite à gauche.

Prenons le site du Sénat: http://www.senat.fr .Même s’il s’agit du site officiel, ce n’est pas le nom de domaine complet. Ce dernier étant http://www.senat.fr.

– FR est donc le domaine de premier niveau. Il s’agit d’une extension géographique, appelée ccTLD, tous les territoires du Monde en ont.
– SENAT est le domaine de deuxième niveau.
– WWW est le domaine de troisième niveau. Tim Berners Lee, pour différencier les pages Web des accès FTP ou MAIL, a souhaité utiliser la dénomination WWW.

nominet-map-of-the-online-world-scaled

Voilà pour les fondamentaux techniques. Car l’utilisateur final, l’Internaute, comprend mal ce système de noms de domaine. L’apparente simplicité technologique apporté par Google, laisse supposer que tout est simple d’accès et que la territorialité n’est pas présente sur Internet. Hors, il n’en n’est rien.

Revenons à ces extensions géographiques, les fameux ccTLD: country-code Top Level Domain. Chaque territoire est représenté, selon la norme ISO3166-2: FR pour la France, US pour les Etats Unis, IT pour l’Italie, IR pour l’Iran,… Lorsque Youtube communique avec youtu.be, l’entreprise américaine communique avec une extension belge, gérée par une entreprise belge, DNS Belgium. Cette réalité est peu comprise. Lors de l’intervention militaire en Libye de 2011, de nombreux sites Internet américains utilisant l’extension .LY ont découvert avec stupeur cette réalité. .TV, l’extension des îles Tuvalu permet à ce petit pays polynésien d’augmenter substantiellement son PIB, en devenant la première ressource à l’export. Les noms de domaine .TV sont ainsi loués par le biais de Verisign, entreprise américaine historique, gérant l’un des serveurs de base d’Internet, le a.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s