Accords de Sykes-Picot: cent ans en arrière (2/2)

De 1991 à aujourd’hui

Les mouvements se font au fil des années. La Turquie passe de l’Empire à une République laïque tandis que le printemps arabe a un effet domino dans plusieurs pays arabes: commençant en Afrique, la révolution arabe rejoint peu à peu le Moyen-Orient et se fait particulièrement violente en Syrie où une répression particulièrement violente s’engage contre un mouvement de protestation contre le pouvoir.

Depuis la chute de l’URSS, le terrorisme accroît, l’occident est moins serein. Les américain, pour contrer les attentats du 9/11, lancent en 2003 une offensive de prévention contre l’Irak, accusée de dissimuler des armes chimiques de destruction massives. Le XXIème siècle voit la naissance de groupes islamistes extrémistes tels qu’Al-Quaïda ou encore l’Etat Islamique.

b

Attentat d’Ankara : le gouvernement turc accuse le PKK, et les Turcs la Syrie- Burak Akinci

 

Enfin, la situation reste aujourd’hui explosive quant à la répartition des population au coeur même des différents pays. Bien qu’abritant une grande majorité de musulmans Sunnites, on trouve en Syrie des musulmans Alaouites (20%), des arabes chrétiens (10%) ou encore des Kurdes (4%). Cette situation instable se retrouve dans la plupart des pays du Moyen-Orient comme en Irak qui accueille des Chiites, des Sunnites et des Kurdes ou encore le Liban qui abrite les trois religions monothéistes, à savoir l’Islam, le Judaïsme et le Christianisme. Avec ses guerres passées et ses violences toujours d’actualité, on peut aussi placer la Palestine et Israël sur cette liste: sur cette zone cohabitent musulmans et juifs.

Faut-il remettre les frontières en cause?

La remise en cause des frontières données par les accords de Sykes-Picot a déjà été imaginée en 2005 avec la notion de “creative chaos” par Condoleezza Rice. L’idée était à l’époque d’effacer les frontières données en 1916 afin de créer de nouveaux états, plus petits mais monoethniques. Pour cela, il fallait créer le chaos: une mission américaine confiée aux israéliens qui auraient envahis la Liban. Mais les conséquences d’un tel plans auraient été bien supérieures à l’effet escompté et le projet fut abandonné.

La question se pose aussi de créer un état Kurde et de modifier l’état Palestinien en revoyant les accords d’Oslo de 1993. Ainsi, toute une minorité hériterait de son propre pays pour ne former plus qu’un seul peuple uni.

Les intentions de la Turquie restent flouent: reste-t-elle un pays expansionniste et dans ce cas, serait-elle à craindre si l’on modifie les frontières du Moyen-Orient? Quid de l’Iran, réintégré dans le concert des nations, notamment avec l’accord sur le nucléaire de juillet 2015?

Finalement, la question ultime que pose le présent est la suivante: comment réagirait le Moyen-Orient, et la péninsule arabique, largement affaiblie, si les accords de Sykes-Picots étaient modifiés? Autant de question dont le réponses se dérouleront au cours des prochaines années voire mois à venir.

Axelle Pau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s