Les Présidentielles en Moldavie (2016)

Le 30 octobre 2016, les premières élections présidentielles ont vu le jour en Moldavie. Désormais, les habitants ont pu voter directement pour les différents candidats, qui étaient avant élus par le Parlement. Un taux de participation de 48,9% a été recueilli. Ces élections ont vus s’opposer deux candidats aux perspectives pour le pays totalement inverses.

Deux candidats aux projets opposés

igor_dodon_-_edm_december_4__2014

Igor Dodon, le candidat pro-russe

 

maia-sandu-1

Maia Sandu, la candidate pro-Europe

 

Deux candidats ont majoritairement remporté le premier tour : Maia Sandu, avec 37,5% des voix, et Igor Dodon, avec 49% des suffrages, frôlant la majorité absolue pour remporter l’élection. Ces deux candidats ont toutefois des programmes totalement éloignés. D’une part, Maia Sandu est pro-Europe et veut lutter contre la corruption, la pauvreté et les oligarques. Elle fait partie du Parti de l’Action et de la Solidarité. D’autre part, Igor Dodon est un candidat pro-russe appartenant au parti des Socialistes moldaves. De ce fait, il veut améliorer les relations avec la Russie et défendre l’orthodoxie en Moldavie. Il va jusqu’à vouloir changer le drapeau moldave, alors trop semblable au drapeau roumain à ces yeux. Il se justifie en appuyant sur la volonté de construire une nation moldave authentique et unique : la « nationalité moldave, différente de la roumaine même si on parle la même langue, car une nation est une construction volontaire qui ne dépend pas de la langue, et nous, nous voulons construire notre propre nation ». Ce qui divise donc majoritairement ces deux protagonistes est « l’orientation géopolitique » du pays, comme le dit Igor Dodon.

Une victoire pro-russe

Les résultats du second tour font largement échouer Maia Sandu, qui ne récolte que 43,5% des scrutins, contre 56,5% pour Igor Dodon. Cette défaite peut être expliquée par plusieurs facteurs. Tout d’abord, il existe une minorité russophone assez importante dans le pays, correspondant à environ 20% de la population moldave. En outre, les médias russes sont diffusés au-delà de cette minorité et dans le pays entier. Un autre facteur est beaucoup déterminant dans la défaite du parti pro-européen : en effet, étant à la tête de l’Etat depuis 2009, le parti pro-Europe a fait faillite. Et c’est en 2014 qu’1 milliard d’euros a disparu de la caisse de trois banques du pays. Ce milliard correspond à environ 15% du PIB, et renforce la méfiance des moldaves envers ce parti, sachant que 40% de la population vit avec moins de 5 dollars par jour. Enfin, des nombreux oligarques corrompus, comme Vladimir Plahotniuc, ont profité de leur arrivée au pouvoir pour s’accaparer certaines institutions du pays, comme la justice avec certains tribunaux par exemple ou encore de grosses entreprises. Donc, l’idée même d’intégration à l’Europe a été décrédibilisée de toute part par ces individus du parti pro-européen.

Le résultat de ce scrutin est donc révélateur de la direction que veut prendre le pays dans le futur, qui est de se rapprocher de la Russie et non aller vers un rapprochement européen. Les problèmes qu’ont rencontré les pro-Européens ont contribué à cette importante défaite. Ce résultat de scrutin est particulièrement semblable à celui de la Hongrie, qui, le 13 novembre 2016, a vu l’élection d’un candidat pro-russe et euro-sceptique, Roumen Radev.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s