Ban Ki-Moon : fin d’un mandat

Ban Ki-Moon, secrétaire générale des Nations-Unis ouvrait sa dernière assemblée générale des Nations-Unis le 20 Décembre. A la tête de l’ONU depuis 10 ans avec deux mandats, il laissera sa place à Antonio Guterres qui entre en fonction le 1er Janvier 2017.

depart-banki
Le Secretaire général Ban Ki-moon fait ses adieux aux délégués, fonctionnaires de l’ONU et autres responsables de haut rang au siège des Nations Unies à New York. Photo ONU/Amanda Voisardrer

Son bilan reflète la faible influence de Ban Ki-Moon et l’ONU à imposer un leadership dans les relations internationale. Le bilan deux mandats du 8ème secrétaire générale montre l’échec de la politique complice pratiqué depuis 10 ans.

L’ONU et la crise syrienne.

« C’est mon plus grand regret  » Ban Ki-Moon à propos de la guerre en Syrie, le 13 Décembre 2016.

La crise syrienne est l’exemple le plus marquant de la politique de Ban Ki-Moon. Le Veto de la Russie dans les négociations de paix a gelé toutes les tentatives pour trouver une fin pacifique à ce conflit. Mais l’ONU n’a pas réussi à s’imposer face aux grandes puissances membres du conseil de sécurité. Cette crise reflète également son incapacité à prendre des décisions, il aura fallu attendre 1 an avant qu’un représentant spécial soit nommé. Représentant qui changera trois fois, Kofi Annan fut le premier, suivi par Lakhdar Brahimi et Staffan de Mistura.
L’action de Ban Ki-Moon s’est résumée à des critiques et des accusations, comme l’accusation de « crime contre l’humanité » lancé contre Bachar Al-Assad. Accusation qui n’aura rien changé dans le conflit. Ban Ki-Moon ne s’est jamais déplacé en personne en Syrie.

L’incapacité de l’ONU à diriger les négociations internationales ou à prendre de vraies mesures. Notamment bloqué par les Veto des membres du conseil de sécurité. Comment l’ONU peut-elle garantir une paix et sécurité quand le conseil est constamment gelé par la Russie, la Chine ou encore les États-Unis.
Au Soudan du Sud l’ONU n’a pas été capable de mener une politique commune d’embargo sur les armes.
Au Yemen, l’Arabie Saoudite, qui mène une coalition militaire contre les rebelles Houthistes a bombardé des écoles et des hôpitaux. On compte à ce jour environ 11 000 morts, dont 1000 enfants. L’ONU a immédiatement condamné ces bombardements en plaçant l’Arabie Saoudite sur la liste noire des pays violant les droits des enfants. Riyad a juste eu à menacer l’ONU de couper ses financements. Ban Ki-Moon l’a officiellement retiré de la liste par la suite.

4601874_6_2ba5_ruines-de-maisons-detruites-par-les-frappes_fcf57f45fad2976f73abb50387ed0161

Ruines de maisons détruites par les frappes saoudiennes sur l’aéroport de Sanaa, jeudi 26 mars. Crédit : KHALED ABDULLAH/REUTERS

L’ONU et le terrorisme

Ban Ki-Moon n’aura également pas réussi à donner une définition du terrorisme durant son mandat. Jugeant la question beaucoup trop politique pour en débattre avec les 193 pays membres. La seule mesure mise en place est un plan de lutte contre l’extrémisme. On peut souligner l’inexistence d’un représentant des Nation-Unis sur la question du terrorisme, alors que 7 des 16 missions de l’ONU dans le monde se font dans un contexte de menace terroriste.

Crise des réfugiés

Face à la crise des réfugiés, Ban Ki-Moon a été également inefficace. 65 millions de réfugiés dans le monde en 2016. C’est la plus grande crise dont l’ONU a dut faire face depuis 1945. Pourtant on peut noter le déplacement à plusieurs reprises du secrétaire générale en Grèce pour mobiliser la communauté internationale autour de cette question tout en dénonçant les traitements subi par les réfugiés et l’accord entre l’Union Européenne et la Turquie.
Le sommet spécial sur les réfugiés fût également un échec étant donné son report à 2018.
4953475_6_5273_en-visite-sur-l-ile-de-lesbos-ban-ki-moon-a_4a86c730b11dd22e584202ffd6af9b67.jpg

En visite sur l’île de Lesbos, Ban Ki-Moon a critiqué l’accord conclu entre l’UE et la Turquie, qui prévoit le renvoi des migrants arrivés illégalement. Manolis Lagoutaris / AP

Quelques points positifs

Malgré la politique inefficace des Nation-Unis face aux crises de cette année. Ban Ki-Moon aura cependant réussi à faire avancer le débat sur le climat. A force de visite répété au Groenland ou dans les Îles Kirihati et les efforts de mobilisation déployé ont conduit à la signature en France de la COP21, qualifié d’accord historique.
Ban Ki-Moon est également un grand défenseur des droits des femmes, mais également des homosexuels, bisexuels et transgenre. Il a notamment donné les mêmes droits aux personnes LGBT à l’ONU. Ajoutez à cela la création de l’ONU femme en 2010. Et la création d’un rapporteur pour les personnes LGBT.
Les deux mandats de Ban Ki-Moon ont vu la diminution de la pauvreté et de la mortalité, mais également un fossé grandissant entre le continent africain et le reste du monde. Il défend pour la fin de son mandat 17 objectifs à atteindre pour 2030 qui permettraient de changer le monde.
Mais ce que l’on retient c’est l’inefficacité des Nations-Unis dans les conflits internationaux et à s’imposer.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s