République Démocratique du Congo : tensions encore vives dans le Nord-Kivu

Le week-end du 24 et 25 décembre 2016 aura encore fait de nouvelles victimes en République Démocratique Le nord Kivu , région située à l’est de la République du Congo, connue pour la présence de nombreux groupes armés et pour de nombreuses exactions et conflits , ou règne la loi des armes rajoute encore des morts civiles en son sein.

Parmi les drames de ce week-end, un massacre s’est produit dans la localité de Eringeti , et dans les villages qui l’entoure, englobés sous le nom de territoire de BENI. Vingt deux civils ont tous été tués à l’arme blanche , machette , couteau , et selon l’administrateur territorial , Amisi Kalonda, cette attaque serait le fruit des Forces Démocratiques alliées , un groupe rebelle à majorité musulmane venue d’Ouganda,soutenu et formé par les shebab somaliens. Ils sont présents dans la région de puis plus de 20 ans , et ont fui le régime Museveni, ils ont dans un premier temps été accueillis par la RDC, alors hostile au régime ougandais.

Depuis le jeudi 22 décembre, on dénombre environ 50 morts , pour la plupart des civils , tous tués par des groupes armés. Ces meutres sont à la fois effectués sur fond de rivalité ethnique , comme le massacre du 25 décembre ou des membres de l’ethnie Nande ont attaqué la ville de Nyanzale et ont tué environ treize civils de l’ethnie Hutu. Ce massacre peut-être vu comme une représaille d’un massacre survenu le jeudi 22 décembre, ou dans le village de Bwalanda, situé à quelques kilomètres de Nyanzale , ou 13 civils de l’ethnie Nande ont été tués par un groupe d’auto-défense hutu , les Mai Mai Nyatura.

rebelles-adf-nalu-fardc

Un rebelle de l’ADF capturé par les Forces armées de la République Démocratique du Congo en 2014. (Photo extraite du site télé50.com)

Le Nord-Kivu connaît cette situation depuis un certain nombre d’années. En effet celle-ci regroupe en son sein une multitude de milices locales et de groupes armés, à l’exemple des Forces démocratiques alliées qui ont commis le massacre mentionné plus haut. Ce groupe armé était à l’origine un groupe de rebelles issus de la fusion de deux groupes d’opposants au président ougandais Yoweri Museveni. La plupart de ces militants était issu du Tabliq , un mouvement missionnaire musulman. Ils se sont réfugiés en République Démocratique du Congo et étaient en bons termes avec les populations locales , pour la majorité chrétienne . Mais à partir des années 2000 , le mouvement s’est radicalisé et s’est peu à peu transformé en un groupe criminel impliqué dans bons nombres de trafics, essayant de s’accaparer les ressources dans l’est de la République démocratique du Congo. On peut aussi parler des différents groupes armés qui ont fait régner la terreur les années précédentes, comme le M23, ex mouvement rebelle congolais ,à majorité tutsie , soutenu par le Rwanda, qui tire son nom des accords de paix du 23 mars 2009, et a repris les armes entre 2012 et 2013 , jugeant que le gouvernement n’avait pas respecté les accords de paix qui avaient été signés par les deux bélligérants. Les populations civiles ont subi beaucoup d’exactions de la part de ce mouvement. Celui-ci a fini par déposer les armes en 2013, au grand soulagement des civils du Nord-Kivu.

Le Nord-Kivu est une région instable , ou milices et groupes armés font la loi , n’hésitant pas à s’en prendre aux civils pour leur ethnie , religion ou culture. La situation est amenée à durer malgré les offensives de l’armée de la République Démocratique du Congo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s