Mozambique : Le spectre de la guerre civile de retour

Voilà désormais le Mozambique revenu sous la guerre froide, la Renamo a repris les armes face au Frelimo , parti au pouvoir.

Tous deux s’étaient déjà opposés lors de l’indépendance mozambiquaise en 1975 , conduisant à une guerre civile de 1977 à 1992. Après celle-ci , les relations entre les deux partis prirent une nouvelle tournure : les régimes communistes d’Europe étaient pour la plupart en train de s’effondrer au début des années 1990s , ce qui provoqua des changements géopolitiques internationaux majeurs. Puis d’un point de vue plus régional,  De Klerk , président de l’Afrique du Sud , pays voisin , légalisa l’ANC , ce qui fut alors considéré comme un énorme progrès d’un point de vue international , mais aussi comme un exemple d’un point de vue régional. Ce qui poussa alors le Frelimo , parti au pouvoir d’obédience marxiste , en tenant compte de son principal opposant, la Renamo, à s’impliquer dans des pourparlers et à autoriser le multipartisme par le biais d’une nouvelle constitution. Cela eut lieu , et des élections furent organisées peu de temps après , en 1994,ou le FRELIMO l’emporta , tout comme les élections qui suivirent en 1999 ,2004. Des fraudes furent alors dénoncées par la Renamo, constatées par certains observateurs internationaux , mais cela ne changea cependant rien au résultat final.

ex-rebelles-renamo-au-mozambique-photoafp-jinty-jackson

Des rebelles de la Renamo en août 2012 , Photo AFP/ Jinty JACKSON

Les tensions furent toujours plus ou moins présentes entre la Renamo et le Frelimo , malgré la signature de plusieurs cessez-le-feu , dont le dernier remonte en septembre 2014, suite aux affrontements survenus en 2013. En effet , la Renamo avait repris les armes contre le Frelimo , et dénonçait la non intégration de ses forces dans l’armée régulière, la police, tout en demandant une nouvelle loi électorale . La Renamo resta alors en conflit de type de basse intensité , sur l’axe nord-sud du pays , s’en prenant principalement aux véhicules de l’armée régulière. Mais suite aux élections d’octobre 2014 ou le Frelimo sort de nouveau vainqueur , la contestation des résultats se fait de plus en plus forte , notamment par les jeunes ruraux et suburbains pauvres , qui voient en la Renamo la seule alternative face au parti communiste vieillissant, formant une élite coupée de toutes les réalités,  qui s’enrichit pendant que le seuil de pauvreté de la population se maintient.

Désormais , en ce mois de décembre 2016 , les combats montent en intensité , et les populations sont soient déplacées de force , notamment par l’armée régulière, soit elles fuient les combats et traversent les frontières des pays voisins, en l’occurrence le Malawi , pour s’installer dans des camps de réfugiés. On parle fin décembre 2016 de 15000 civils déplacés, c’est d’ailleurs ce qui a permis aux observateurs étrangers et pays voisins de prendre compte du regain en intensité de la crise opposant le Frelimo et la Renamo. La crainte est désormais le retour à une guerre civile qui a déjà fait beaucoup de victimes les années précédentes…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s