Le FOCAC : une relation politique et économique entre la Chine et l’Afrique

Aujourd’hui, la Chine mène une politique forte sur le continent Africain. Entre commerce, et investissement, la Chine n’hésite pas à effacer les puissances occidentales pour accroitre son influence en Afrique et en Asie.

En 2000, la Chine, pays alors qualifié comme émergent, développe une politique puissante vers l’Afrique. Pour cela elle met en place un cadre politique avec le Forum de coopération Chine-Afrique (FOCAC). L’appellation Forum, dans ce cadre, signifie que tous les 3 ans, à partir de l’année 2000, les représentants chinois et africains, adhérant à ce cadre politique, se réunissent alternativement en Chine ou en Afrique.

Le premier en 2000, s’est déroulé à Pékin. Il a alors réuni 80 ministres africains, représentants 44 Etats.

Ce premier forum de coopération a permis la Création d’un Conseil économique conjoint Chine-Afrique et d’un fond de mise en valeur des ressources humaines en Afrique. En 2003, il s’est déroulé en Ethiopie, à Addis-Abeba. Le dernier Forum, en 2015, eut lieu à Johannesburg en Afrique du Sud.

jacob-zuma

Jacob Zuma, président de l’Afrique du Sud, lors du FOCAC 2015 (crédit photo : Government ZA / Flickr.com)

Dans son article, intitulé « FOCAC. Les enjeux du Forum de coopération Chine-Afrique » Xavier Aurégan explique que « la Chine dispose, en 2015, du meilleur cadre politique pour mener à bien son « entreprise africaine » : le Forum de coopération Chine-Afrique ».

La majorité des pays africains participent à ce Forum car la Chine ne leur demande pas de contrepartie politique ou économique pour appartenir à cette réunion, si ce n’est l’arrêt du commerce avec Taiwan.

La Chine ne reconnaissant pas le gouvernement taïwanais, ne peut accepter d’établir une relation avec des pays qui font du commerce avec Taiwan.

Ainsi, seulement 3 pays africains ne participent pas à ces conférences :

  • Le Burkina Faso
  • Le Swaziland
  • Sao Tomé-et-Principe

Les liens économiques et commerciaux, entre la Chine et l’Afrique peuvent s’expliquer ainsi par l’envoi de travailleurs chinois, très présents dans les métiers du BTP. Ils permettent le développement de cette activité́ car ils participent, à partir des années 2000, à la fabrication d’infrastructures. Ainsi, ce sont les réseaux routiers, portuaires et les voies ferrées qui sont financés en partie par la Chine. Cela favorise le transport pour les populations africaines mais aussi pour le commerce des marchandises importées de Chine.

Ce sommet de 2015, voit un accroissement de l’intérêt de la Chine en Afrique sur les 3 ans à venir. Au contraire d’une stagnation des investissements, la Chine relance son financement sur le continent.

Elle exprime son envie d’augmenter ses investissements directs à l’étranger. Elle pousserait son aide économique, qui représente en 2014, 30 milliards de dollars, à 40 voire 60 milliards de dollars sur un projet de 2015 à 2018.

Cette aide financière permet le financement d’entreprises sur le territoire africain, le rachat de capitaux sur certaines entreprises dont la majorité était occidentale ou africaine.

Par cette aide financière, la Chine souhaite concurrencer les anciennes puissances colonisatrices que sont la France, la Grande-Bretagne.

De plus, la Chine, aujourd’hui, première puissance économique du monde, essaye de maintenir son avance sur les Etats-Unis, à la fois au niveau mondial mais également sur les terres africaines.

xi-jinping

Xi Jinping, président Chinois, lors du FOCAC 2015 (crédit photo :  Government ZA / Flickr.com)

Il y a donc une triple volonté pour la Chine à s’intéresser à l’Afrique.

Tout d’abord sur le plan continental africain, la Chine essaye de s’imposer depuis l’année 2000, comme l’interlocuteur privilégié des pays africains. Cette relation est cependant déséquilibrée, car la différence économique entre la Chine et ces pays, est trop importante.

Cette coopération permet cependant à la Chine de s’imposer sur le territoire africain, de se développer économiquement grâce à ses exportations et importations.

Ainsi, elle se renforce sur le plan continental asiatique. Ce qui lui permet de s’affirmer face à l’émergence importante de l’Inde. En effet, cette dernière, par son émergence, essaye aussi de s’immiscer sur le territoire africain pour y ouvrir de nouveaux marchés. L’Inde et l’Afrique représentent respectivement 1,3 et 1,2 milliards d’individus. La Chine essaye donc de s’imposer par ce forum en premier lieu et ainsi contrer la puissance indienne.

Par extension, la Chine, affermit son autorité ou ses ambitions sur la scène internationale grâce au soutien de nombreux pays d’Afrique.

La question est alors de savoir comment la Chine peut réussir à garder cette proximité politique et économique avec l’Afrique face aux concurrences indiennes et européennes ?

 

Bréhu Pierre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s