Molenbeek – Saint Jean et le terrorisme

       Capitale européenne du jihadisme ou vivier de terroriste, les commentaires humiliant pleuvent sur la petite commune de Bruxelles. Pourtant, à l’origine, rien ne prédestinait celle-ci à une telle réputation puisqu’elle était au Moyen-Age, un lieu de pèlerinage important du fait de la présence de la source de Sainte Gertrude de Nivelle, considérée comme miraculeuse. Après avoir connu une rapide industrialisation au XIXème siècle, Molenbeek devient rapidement une terre d’immigration dans les années 1960 et accueille majoritairement des marocains (région du Rif) pour faire tourner les usines belge et en vue de grands travaux, notamment la construction du quartier européen.

Aujourd’hui, la commune de Molenbeek compte 96 000 habitants pour une densité de population conséquente: 16 000 hab/km². La ville est meurtrie par la misère sociale, avec un chômage à 30%, la vie quotidienne des Molenbeekois est rythmée par la criminalité, les vols, le trafic d’arme ou de drogue etc.

Avec les récents attentats du 13 novembre 2015 à Paris et ceux du 22 mars 2016 à Bruxelles, Molenbeek est au centre des attentions. En effet, plusieurs terroristes jihadistes ont vécu ou séjourné à Molenbeek : les frères Abdeslam (Paris – 13 novembre), Ayoub El Kazzani (Thalys – août 2015), Amedy Coulibaly (Hyper Casher – janvier 2015), Medhi Nemmouche (tuerie du musée juif – mai 2014)… pour n’en citer que quelques uns.

Comment expliquer cette notoriété de ville créatrice de terroriste? Déjà dans la politique de la ville, l’action de Philippe Moureaux, ancien ministre et maire socialiste de Molenbeek n’est pas sans conséquences. En dictant une politique de discrimination positive comme la recommandation de ne pas manger dans la rue pendant le ramadan ou la tolérance envers les mosquées/salle de prêche salafistes, cet ensemble à créer un terreau propice à la radicalisation et au communautarisme islamiste.
Depuis 1967 alors que roi Baudouin a offert à l’Arabie Saoudite les clés de la Mosquée du Cinquantenaire, cette dernière est souvent comparée à un cheval de Troie de l’islamisme radical. En effet l’influence de l’Arabie Saoudite à été vecteur du wahhabisme saoudien dans la capitale belge. 

Deuxième ville la plus jeune de Belgique et également deuxième la plus pauvre, le plus inquiétant à Molenbeek est le poids de la futur génération. Un élu socialiste de Bruxelles, Yves Goldstein, a déclaré, selon le New York Times, que à Molenbeek «90% des élèves considèrent les terroristes de Bruxelles ou Paris comme des héros». Malheureusement Molenbeek n’est pas une exception, mais une référence puisque selon Patrick Kanner, ministre de la Ville de la République Française, il existe en France plusieurs quartiers similaires à Molenbeek.

Bien qu’une partie des riverains est fière de sa ville, en atteste le slogan «Je suis 1080» (code postal de Molenbeek); une autre la fui progressivement pour la laisser aux mains de l’islamisme qui étouffe la population en majorité musulmane (80%).
Alors, Molenbeek est devenu une véritable fabrique de terroriste. La radicalisation, la préparation d’un attentat et sa mise en œuvre, tout ce processus est bel et bien entre les murs de Molenbeek…à deux pas du siège européen.

ml

~ Place de Molenbeek ( source ginisty.com)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s