Les chrétiens de Jérusalem : une communauté oubliée

 

La ville de Jérusalem se situe au cœur de l’Etat d’Israël, et revêt un caractère unique, de par son identité multiconfessionnelle. En effet, elle est constituée de 80% de juifs, 14% de musulmans, et 3% de chrétiens. La spécificité de cette enclave internationale laisse facilement imaginer l’ampleur des tensions qu’elle renferme. Placés en communauté largement minoritaire, les chrétiens apparaissent aujourd’hui comme la population laissée pour compte.

d-5

Jérusalem, vue sur l’esplanade de la mosquée. Photo personnelle prise en juin 2014

La communauté chrétienne de Jérusalem s’attache tant bien que mal à cette ville trois fois sainte. En exprimant son désir de rester, elle manifeste son souci d’une appartenance à part entière à cette identité multiconfessionnelle. En effet, la présence chrétienne ne tient plus qu’à une part infime de la population, avec seulement quelques milliers recensés. Malgré la définition de la ville comme enclave internationale, favorisant en théorie la cohabitation des trois religions, un sentiment anti-chrétien est notamment répandu. Est alors défendue l’idée que les chrétiens ont été fautifs d’une persécution envers les juifs dans le passé.

Dans une même revendication de légitimité, ces deux (et même trois), religions tentent ainsi péniblement de cohabiter, dans un climat de tensions permanentes. De cette façon, chaque confession défend par exemple des revendications de territoires voués aux fouilles archéologiques, sous couvert de considérations politiques.

Toutefois, les chrétiens sont pris dans l’étau du conflit israélo-palestinien, qui a pris une ampleur mondiale au fil des années. Ils apparaissent ainsi comme la communauté oubliée et bafouée de l’histoire de la ville. Celle-ci a de surcroît été illégalement déclarée capitale éternelle par la Knesset, et unilatéralement définie comme ville réunifiée en 1980.

Si dans la théorie, les chrétiens jouissent de la liberté de culte, avec la présence d’églises et écoles chrétiennes variées, cette liberté est dans les faits, relative. Il convient de préciser qu’il existe différents types de chrétiens à Jérusalem : les chrétiens hébréophones, intégrés au secteur juif, qui masquent leur identité. Les chrétiens migrants, avec un permis de résidence temporaire. Et finalement les chrétiens palestiniens qui représentent la plus grande partie. Confondus aux palestiniens musulmans, ils représentent alors environ 300 000 individus pour environ 800 000 israéliens.

Cette discrimination religieuse s’accompagne finalement d’une inégalité économique très nette : en effet le gouvernement israélien met en place des expropriations de maisons palestiniennes, notamment à Jérusalem Est. Certaines sont également rachetées par des ONG juives sionistes dans le but d’accroître leur influence et encourager le départ de la population palestinienne. De plus, on dénombre 80% de palestiniens qui se retrouvent sous le seuil de pauvreté, avec seulement 10% du budget du pays qui leur est accordé. Ils subissent finalement un taux de chômage plus important, corrélé à une inégalité d’opportunité à l’emploi. C’est un véritable écrasement de cette population qui s’opère, considérée en zone grise : sans protection d’une autorité palestinienne, ils ne sont pas non plus considérés comme des citoyens israéliens.

L’avenir des chrétiens palestiniens est aujourd’hui questionné : entre attachement historique et religieux à cette ville, et faits actuels, espoir et réalisme semblent être les deux notions qui illustrent un dilemme encore irrésolu pour eux.

g-25

Partie du mur au Sud Est de Jérusalem. Photo personnelle, prise en juin 2014

Alix de La Laurencie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s