Présidence au Liban : l’Election de Michel Aoun, une perspective d’avenir

Après plus de deux ans de vacance du pouvoir, le Liban vient de confirmer Michel Aoun à la présidence du pays. L’ancien général chrétien est élu grâce à une alliance avec le Hezbollah.

Un bouleversement politique majeur synonyme d’espoir :

Cela faisait deux ans que le Liban connaissait une crise institutionnelle majeure, avec un gouvernement, un président et un parlement intérimaire. Cet intérim voyait le jour depuis 2014, dans la mesure ou les différents partis politiques majoritaires n’ont jamais réussi à se rassembler autour d’un nouveau président. Avec d’un côté la coalition conduite par Saad Hariri et son Courant du Futur, et de l’autre l’alliance du Hezbollah et du Courant patriotique libre, deux visions s’affrontent.

L’une pour l’élection d’un président intérimaire sans réel soutien populaire et parlementaire, et l’autre pour l’élection d’un président fort car appuyé par un bloc parlementaire conséquent et donc capable de s’imposer sur des décisions primordiales pour le pays.

Ce vide politique semble désormais faire partir du passé. En effet, lundi 31 octobre, le général en retraite et ex chef du gouvernement, Michel Aoun, a été élu par les députés du parlement libanais. Cette élection laisse entendre une entente entre le Courant du Futur de Saad Hariri, le Courant patriotique libre de Michel Aoun et le Hezbollah (avec qui il est allié depuis 2005). Dans cette optique, Saad Hariri a été promis à la tête du gouvernement, et des élections législatives sont dès lors annoncées d’ici mars 2017.

Cette alliance permet au Liban d’envisager un avenir prometteur, et de renouer avec une politique fiable et suffisamment efficace pour ne pas être interférée par différents partis en désaccord avec les décisions du gouvernement.

aoun-hariri-reuters

Michel Aoun (gauche) et Saad Hariri (droite) Photo : Mohammad Azakir/Reuters

 

Une présidence attendue face à des défis de taille :

L’arrivée de Michel Aoun arrive à un moment épineux dans la situation politique libanaise.

Le pays étant divisé depuis la guerre civile qui fait rage en Syrie, souffre de tensions entre les communautés chiites et sunnites de Beyrouth, ainsi qu’entre les communautés alaouites (pour le maintien de Bachar el-Assad) du nord du pays et les groupes islamistes sunnites (soutenant les rebelles syriens). De plus, le pays abrite des troupes de l’Armée syrienne libre, mais également des unités de la branche armée du Hezbollah, ce qui débouche à une tension palpable à la frontière libanaise entre ces deux factions.

De plus, le pays fait face depuis la vacance du pouvoir, à une crise des institutions économiques qui à conduit le pays dans une période de faillite économique.

Le futur gouvernement en place aura dès lors, la périlleuse tâche de relancer l’économie nationale, promis a un déclin catastrophique si rien ne change d’ici la.

Enfin, Michel Aoun doit désormais maintenir ses relations auparavant électriques, avec le parti de Saad Hariri. Ce dernier étant un proche du royaume saoudien, qui appuyait le parti sunnite au Liban afin de concurrencer l’Iran vis à vis de leur domination régionale.

La coopération politique entre chrétiens maronites, le Hezbollah, et désormais le parti sunnite, laisse entrevoir un apaisement religieux qui était jusqu’à la promis à de vives tensions entre chiites et sunnites libanais.

L’élection de Michel Aoun laisse donc entendre un avenir plus radieux sur le plan politique, économique, mais aussi religieux. Cependant, l’entente sur le plan institutionnel et idéologique entre Michel Aoun (chrétien maronite) et Saad Hariri (Sunnite) se devra d’être fructueuse, dans la mesure ou si celle-ci tente à se détériorer, le Liban pourrait y voir une épée de Damoclès planant sur tous les espoirs qui l’habite.

 

Jean BENOIT

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s