L’OTAN face à la menace des Engins Explosifs Improvisés.

logo-du-programme-anti-ied-de-lotan

Programme Anti-IED de l’OTAN (crédit photo : Wikipédia.org)

 

Médiatisés depuis la Guerre en Irak de 2003, les engins explosifs improvisés sont au cœur des conflits d’aujourd’hui. Pour cela, la communauté internationale cherche des solutions.

C’est ainsi qu’en 2010, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), a mis en place, un programme d’actions contre ces engins explosifs improvisés (EEI).

Le programme est axé sur trois missions :

  • la mise en échec des engins (defeat the device).
  • La préparation des Forces (prepare the force).
  • L’attaque des réseaux (attack the Networks).

Tout d’abord, la neutralisation de ces engins implique que des services de l’OTAN, essayent de mettre en œuvre des solutions pour les détecter plus facilement et ensuite les neutraliser totalement pour les rendre inopérants.

Ces Engins explosifs improvisés, aussi appelé IED (Improvised Explosive Device), sont le fruit d’une fabrication artisanale. Ils rassemblent du matériel non militaire accessible à tous. Leurs objectifs sont d’infliger des pertes et des dégâts considérables à l’adversaire.

Souvent les IED sont placés dans des lieux qui apparaissent normalement sans risque. Dans les conflits actuels, on les retrouve au bord des routes pour piéger les convois, sur les fenêtres et sur les portes pour infliger des dégâts auprès des populations.

Il s’agit donc pour l’OTAN de trouver de nouvelles techniques et technologies pour rendre inopérants ces Engins Explosifs.

Ce désarmement est appelé alors la phase de dépollution. Souvent longue et difficile pour les soldats, cette phase est essentielle à la neutralisation de ces engins.

un-engin-explosif-improvise

Un engin explosif improvisé (IED) (crédit photo : Flickr.com)

Pour cela, l’OTAN se base sur des centres d’excellence. Ce sont des organismes spécialisés sur des champs d’études précis. Il existe des centres d’excellence pour la neutralisation des explosifs et munitions (NEM). Basés en Espagne et en Slovaquie, ce sont à la fois des centres de formation et d’expérimentation sur la thématique des explosifs et ainsi sur la neutralisation des engins explosifs improvisés.

Des travaux y sont effectués sur la détection à distance de ces derniers et sur la mise en sécurité de zones où sont placés les IED.

Le deuxième axe du programme de l’OTAN, est tourné vers la préparation des forces. Une des premières missions de l’alliance est d’analyser les effets de ces engins pour estimer les besoins d’équipements des armées.

Cette préparation des forces s’effectue surtout par des conférences, des séminaires permettant la formation à la dépollution de ces engins. L’OTAN souhaite exporter ce programme anti-IED à toutes les armées signataires du traité, pour qu’à leur tour, elles renforcent l’évolution de ce dernier.

Enfin, le souhait de l’OTAN, est, dans un troisième axe, de s’attaquer aux réseaux. Cela signifie que l’Alliance étudie les tactiques mais aussi les techniques de l’adversaire pour comprendre comment circulent ces engins et les matériaux utiles à ces derniers.

Il s’agit pour l’OTAN d’une action préventive puisque l’importance se situe dans la détection des réseaux de distribution, de fabrication de ces engins. L’idée est de couper la mise en réseaux de ces derniers pour éviter tous dégâts avec les forces armées.

Une résonance dans les conflits actuels

Ce programme de l’OTAN, commencé en 2010, et encore actif aujourd’hui, prend un sens important dans les conflits actuels. Même si les IED existent depuis des dizaines d’années, étant composés de manière artisanale, ils sont médiatisés depuis la guerre d’Irak en 2003, où les guérillas irakiennes utilisaient ces engins contre l’armée américaine. Depuis, les armées y accordent une importance particulière, en témoigne ce programme de l’OTAN.

destruction-dun-convoi-par-un-ied

Destruction d’un convoi par un Engin explosif improvisé  (crédit Photo : Wikipédia.org)

Aujourd’hui, en Irak, les forces irakiennes essayent de reprendre le contrôle de la zone aux mains de l’Etat Islamique. Pour cela elles luttent contre ces engins explosifs improvisés positionnés pour ralentir sa progression ainsi que celle de la coalition internationale.

La présence des engins explosifs improvisés rend difficile et lente, la progression des armées.

L’utilisation des techniques mises en place par l’OTAN dans ce programme est donc d’une importance capitale pour l’avancée des troupes irakiennes et internationales vers les villes irakiennes.

 

Pierre Bréhu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s