Quand la géopolitique crée une complication dans le football

Depuis l’indépendance de 2008, le Kosovo cherche à s’affirmer sur le plan international. Le football est devenu un élément important d’un point de vue politique. L’intégration à la FIFA et l’UEFA prononcée en mai 2016 accentue la reconnaissance de l’état le plus jeune d’Europe.

3 Mai 2016, le rêve devient réalité, la sélection nationale du Kosovo peut enfin participer aux éliminatoires des grandes compétitions internationales, notamment les qualifications pour la coupe du Monde 2018 en Russie qui ont débuté en septembre. Une longue attente pour ce petit pays d’environ 2 millions d’habitants déchiré par la guerre en 1999. C’était déjà une grande fête nationale lorsque la FIFA autorisa la sélection a disputé son premier match amical officiel, contre Haïti (résultat 0-0) en 2014, au Stadium Olimpik Aden Jashari.

L’équipe nationale du Kosovo peut maintenant rêver, tout comme son voisin Albanais avant lui en 2016, d’aller jouer sa première compétition Internationale en Russie, pays qui ne l’a toujours pas reconnu.

kosovo

Equipe National du Kosovo (Crédit Photo : cdmfifa.free.fr)

Mais c’est aussi le moment le plus compliqué pour la sélection Kosovare et son sélectionneur Albert Bunjaki (en poste depuis 2009). Créer une équipe nationale, qui évoluera dans le groupe I. Le problème qui se pose aujourd’hui pour la sélection des bleu et jaune, c’est que avant son admission par la FIFA et l’UEFA, la plupart de ses joueurs évoluaient pour une équipe étrangère. C’est le cas chez le voisin Albanais où 5 joueurs importants sont d’origines Kosovares (Cana ; Berisha ; Xhaka ; Basha ; Gashi) mais aussi de la Suisse pays d’accueil de nombreux immigrés kosovares (Shaquiri ; Behrami ; Xhaka). Or, la FIFA interdit aux joueurs ayant disputé la dernière coupe d’Europe de changer de sélection.

 

Une décision qui a fait de nombreux déçu dans le peuple kosovare éparpillé aux quatre coins de l’Europe.

Actuellement, plusieurs demandes de changement ont été refusées notamment pour Granit Xhaka ou encore Xherda Shaquiri (Suisse). Concernant les demandes approuvées par la FIFA on retrouve là, des Kosovares venus de la Norvège, de l’Autriche, de l’Allemagne et bien sûr de la Suisse et de l’Albanie. Cas d’une sélection complexe qui hérite d’une histoire et d’une géopolitique compliquées. Plusieurs demandes sont encore à examiner notamment Januzaj (Belgique) ; Aber Zeneli (Suède) ou encore Perparim Hetemaj le capitaine de l’équipe Finlandaise, opposé au Kosovo pour le premier match des éliminatoires (1-1) et qui a refusé de jouer.

1054182-18967596-1600-900

Shaquiri, joueur de la sélection Suisse originaire du Kosovo (Crédit Photo : fr.sports.Yahoo.com  

 

Au-delà des nombreuses complications à composer une sélection, plusieurs interrogations se posent notamment si le Kosovo venait à se qualifier à la coupe du Monde en Russie quelle serait l’accueil par un pays qui ne le reconnaît pas. On pense aussi à un match Serbie-Kosovo, les deux états étant depuis 1999 sous tensions vis-à-vis de leur territoire. Rappelons que la constitution serbe dans son préambule précise que : « le Kosovo est défini comme une partie intégrante de la Serbie possédant une autonomie fondamentale ». Qu’elle serait alors la conséquence d’un match entre les deux états ? Quand on a en souvenir les images d’un match Serbie-Albanie en qualification pour la Coupe d’Europe qui a tourné au drame.

Le Kosovo à travers son équipe de football montre bien toute la complexité de la situation géopolitique du plus jeune état d’Europe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s