Des Tu-160 « Blackjack » à proximité des cieux européens…

Le 28 septembre 2016, deux bombardiers stratégiques russes Tu-160, nom de code OTAN Blackjack, furent repérés dans le ciel européen: 10 chasseurs de 4 nations différentes furent successivement dépêchés pour les intercepter…

Le Tupolev Tu-160, appelé également en russe « cygne blanc » (Белый лебедь) en raison de la forme de ses ailes est un bombardier stratégique lourd conçu pendant la guerre froide en réponse au bombardier américain B1-A. Pouvant atteindre les 2000 km/h et embarquer près de 45 tonnes d’armements, le Tu-160 est un des aéronefs les plus performants de sa catégorie. Modernisés dans les années 2000, des Blackjack de nouvelle génération devraient entrer en service dès 2019, suite à l’annonce en 2015 du ministre russe de la défense Sergeï Choïgou de la reprise de leur production.

tu160

Le bombardier stratégique Tu-160. Source: sputniknews.com

« Panique à bord ! » Les armées de l’air norvégienne, britannique, française et espagnole en alerte…

D’après un communiqué de l’armée de l’air, les deux appareils furent tout d’abord repérés par la Norvège qui fit alors décoller deux F16 pour les escorter, jusqu’à ce que deux Eurofighter Typhoon de la Royal Air Force prirent le relais, alors que les bombardiers se dirigeaient vers le Nord de l’Ecosse, puis contournèrent l’Irlande par l’Ouest avant de mettre le cap sur la Bretagne. Quatre Rafale, successivement deux appareils de la permanence opérationnelle de Tours puis deux autres basés à Mont-de-Marsan escortèrent les Blackjack jusqu’aux côtes ibériques, où ils furent rejoints par deux F-18 de l’armée de l’air espagnole. Les bombardiers russes auraient alors mis le cap vers l’Ouest de l’Irlande. Selon les différentes autorités impliquées, aucune incursion dans les espaces aériens ne serait à déplorer.

tu160-blackjack

Les deux Tu-160 interceptés le 28 septembre 2016. Crédit: Armée de l’air

Quel seraient les objectifs de ces vols ?

Patrouilles, exercices ou provocation, plusieurs hypothèses sont avancées afin de déterminer la nature de ces vols. Dans une interview accordée au Telegraph le Lieutenant Général Evgueni Boujinski, aujourd’hui à la retraite et à la tête du think-tank PIR, se prononce en faveur d’exercices, dépourvus de toute intention belliqueuse :

« La détection des systèmes de défense aériens est un exercice classique pour n’importe quelle armée de l’air, qu’elle soit russe, américaine ou britannique. Bien sûr lorsqu’un chasseur ou un bombardier effectue une patrouille, il surveille les systèmes de défense anti-aérien et les radars. Je ne vois rien de provocant en cela. » Lt Gen. E. Boujinski – (Telegraph).

Un parfum de guerre froide

Par ailleurs, depuis la crise de 2014 en Crimée on constate un changement d’attitude de la part de l’OTAN et de ses membres vis-à-vis de ces vols, qui auparavant n’étaient pas assimilés à une menace. Comme le fait également remarquer le Lieutenant Général Boujinski lors de son interview au Telegraph, ces exercices étaient « monnaie courante » lors de la Guerre Froide, aussi bien du côté soviétique, qu’américain. Toutefois, avec la chute de l’URSS et les difficultés économiques que rencontra la Russie au début des années 1990, de tels déploiements des forces stratégiques ne purent avoir lieu. On constate néanmoins depuis les années 2000 un regain d’activité (à mettre en parallèle avec le développement économique de la Russie), entre autres caractérisé par la reprise de ces vols vers l’Europe de l’Ouest.

Bien qu’évoluant à proximité des espaces aériens nationaux, aucune incursion ne fut constatée selon les dires des différentes autorités impliquées. Ainsi, ces exercices ne constitueraient-ils pas un moyen de tester la réactivité des « polices de l’air » européennes et des moyens de défense de l’OTAN ?

tu160-alex

Le Tu-160 « Alexandre Novikov » nommé ainsi en référence au Maréchal A. Novikov, commandant de l’armée de l’air soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale. Crédit: Armée de l’air.

Certes, les relations actuelles entre l’OTAN et la Russie laissent planer un parfum de Guerre froide. Sans toutefois rebasculer dans une telle situation, le retour de la Russie sur la scène internationale est indéniable. En effet, elle est devenue un des interlocuteurs incontournables sur de nombreux dossiers, dont le conflit syrien. Ainsi, les vols des bombardiers russes vers l’Ouest ne seraient-ils pas un des moyens concrets permettant à la Russie de montrer et d’affirmer sa présence sur l’échiquier politique international face à l’OTAN… et les Etats-Unis ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s