Le Brésil, un pays à la dérive temporaire ?

dilma-rousseff

Dilma Rousseff – (C) leprogres.fr

L’ex-présidente du Brésil, Dilma Rousseff a été destituée par une procédure d’impeachement, il y a maintenant presque un mois, le 12 mai 2016, par le biais d’un vote des sénateurs. C’est le gouvernement de Michel Temer son ancien vice-président et récent rival, qui a pris la relève. Seulement, en moins de trois semaines, Michel Temer a déjà dû se séparer de deux de ses ministres. Tous deux étaient impliqués dans des affaires judiciaires. Ainsi, le 23 mai, soit quelques jours à peine après sa nomination au gouvernement intérimaire, Romero Juca, ministre en charge de la planification renonçait à ses fonctions suite à son implication dans des écoutes compromettantes où il manigançait pour la destitution de Madame Roussef. Ensuite, c’est le nouveau ministre de la transparence, Fabiano Silveira, qui a posé sa démission pour sa responsabilité pour avoir tenté d’interférer dans l’enquête « Lava Jato » (qui signifie « lavage express »).

Une société en colère contre son gouvernment.

300516-manif-viol-bresil_0

Manifestation de femmes contre la « culture du viol » (C) france24.com

Aux difficultés politiques s’ajoute un contexte social qui se tend de plus en plus. En effet, le 21 mai 2016, une jeune adolescente brésilienne de 16 ans se faisait violer collectivement par une trentaine d’hommes alors qu’elle se rendait initialement chez un ami. La vidéo circulait sur Internet quelques jours plus tard. Des suites d’une telle agression, près d’un millier de femmes sont allées manifester dans les rues afin de dénoncer la « culture du viol » qui existe dans le pays. Elles dénoncent leur pays, le Brésil, qui ne punit qu’un petit 6% des viols sur les 47 646 viols commis en 2014.

En plus de ça, suite à la destitution Madame Rousseff, des manifestations ont lieu très fréquemment dans le pays, qu’elles pro-gouvernementales ou contre. Cette société, actuellement très en colère contre le gouvernement où l’on compte seulement 11,3% de la population qui soutient Michel Temer, se retourne contre le système politique dont la gouvernabilité reste faible. Cela est dû au récent scandale lié au groupe public du géant pétrolier Petrobras, scandale dans lequel plusieurs sénateurs seraient soupçonnés de corruption massive.

La corruption massive et l’évasion fiscale, une habitude qui dérange.

La corruption et l’évasion fiscale au Brésil seraient équivalent à 1,38% du PIB allant jusqu’à 2,3%, ce qui reviendrait à quelques 25 à 40 milliards de dollars.

Le virus Zika et les Jeux Olympiques de Rio 2016.

Sur un aspect plus sanitaire, le Brésil accueillera les Jeux Olympiques d’été à Rio, du 5 au 21 août. Dans ce pays qui est le plus touché par le virus Zika avec près d’un million et demi de personnes contaminées, bien des questions sont soulevées. Le 27 mai 2016, 150 scientifiques avaient demandé le report ou l’annulation des Jeux. Cette demande avait alors été rejetée et l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a déclaré que le report ne changerait rien à la propagation du virus Zika.

C’est donc un pays en voie de développement qui se retrouve confronté à des soucis sur tous les plans : économiques, politiques, sociaux, sanitaires, écologiques.

Camille BONNET

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s