Les événements en Corse (2/2)

XVMa51da49a-ae36-11e5-a488-e3058f81f4ee

Les pompiers d’Ajaccio appellent la population au calme, et à éviter les amalgames

Suite à l’arrêté préfectoral interdisant les manifestations, d’autres rassemblement ont eu lieu à d’autre endroits de la ville, de manière totalement pacifique cette fois-ci.

« On continuera d’intervenir »

Mardi, un autre rassemblement a eu lieu, cette fois-ci dans la cour de la caserne d’Ajaccio. En présence des officiels de la ville et de l’île, l’adjudant-chef Jean-François Suzini a lancé un appel au calme, rappelant la mission première des pompiers qui est d’aider les populations en toute circonstance, quelles que soient les origines, la religion, les idées politiques et le statut social. L’adjudant-chef a aussi affirmé que les pompiers se sentaient en sécurité sur l’île de beauté. Ces propos rejoignent ceux d’un des pompiers agressé, Nicolas Loca, qui déclarait lundi : « On continuera d’intervenir, on ne va pas avoir peur ».

Premières interpellations

En marge de ces rassemblements, une enquête policière a été ouverte et des premiers résultats commencent à intervenir. Dans le cadre de l’enquête sur les violences à l’encontre des pompiers, deux personnes ont d’ores et déjà été interpellées. Il s’agit de deux jeunes hommes de 19 et 20 ans, connus des services de polices pour des fait mineurs. Ils sont tous les deux soupçonnés d’avoir tenté de brûler un arbre de Noël dans une cour d’école. Si leur implication dans l’agression des pompiers n’a pas encore été prouvée, ils devraient être mis en examen pour ces faits de dégradation.

La Corse, plus raciste que les autres ?

La Corse est particulièrement montrée du doigt depuis ces événements pour son prétendu racisme plus fort que partout ailleurs en France. C’est le constat qui est fait par beaucoup d’intervenants, qu’ils soient politiques ou de simples personnes « lambda ». Le fait que les dernières élections aient donné la victoire à la liste autonomiste, qui elle-même avait fusionné avec la liste indépendantiste, renforce cette impression. C’est de cette image que tentent pourtant de s’éloigner le leader nationaliste Gilles Simeoni et le président de l’assemblée de Corse fraîchement élu et chef du parti autonomiste, Jean-Guy Talamoni. Ce dernier répond aux accusations de racisme par des chiffres, déclarant que statistiquement, la Corse serait moins raciste que les autres régions. Et il est vrai que les chiffres plaident en sa faveur. La population immigrée et étrangère de Corse représente 10 % de la population totale de l’île, contre 5 % par exemple pour la Picardie. Or on recense un plus grand nombre de menaces à caractère raciste en Picardie qu’en Corse, que ce soit de façon quantitative ou proportionnelle, selon une étude reprise par France Info. Il est donc difficile de dire que les Corses seraient plus racistes que les autres. Il s’agit plutôt d’une image renforcée par la victoire de la liste autonomiste-nationaliste aux dernières élections, ainsi qu’au premier discours de Jean-Guy Talamoni à l’assemblée Corse, déclamé totalement dans la langue locale. Mais tous ces éléments ne signifie que la Corse est plus raciste, seulement qu’elle est attachée à son identité. Les événements des derniers jours seraient plutôt la conséquence et la réaction à chaud de l’agression de la nuit de Noël.

Guilhem Brachet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s