Gaz lacrymogène au Parlement du Kosovo.

Gaz lacrymogène au Parlement Kosovar. Crédit photo: Armend Ninami/AFP.

Gaz lacrymogène au Parlement Kosovar.
Crédit photo: Armend Ninami/AFP.

Lundi 14 décembre 2015, les travaux du Parlement ont été perturbés par des gaz lacrymogène. Leur auteur, deux membres de l’opposition protestant contre la normalisation des relations avec la Serbie.

Rappel historique :

Le Kosovo est une république parlementaire appelée « République du Kosovo ». Elle est reconnue par une partie de la communauté internationale et se situe en Europe du sud-est (dans la péninsule balkanique) et en ex-yougoslavie. Le pays a déclaré son indépendance en 2008 et a pour capitale Pristina. Cependant cette indépendance est remise en cause par la Serbie.

Les faits :

Le lundi 14 décembre a été lancé du gaz lacrymogène dans le Parlement kosovar par deux députés de l’opposition, Glauk Konjufca et Time Kadrijaj, provoquant un arrêt des travaux de l’assemblée pour la sixième fois en 2 mois. Ils appartiennent tous les deux au mouvement de l’opposition « Vetëvendosje » (qui signifie « autodétermination » en français) fondé en 2004, un parti de centre gauche avec une idéologie Nationaliste et qui s’oppose aux négociations avec la Serbie. Glauk Konjufca a déclaré «Oui j’ai lancé du gaz lacrymogène. Nous poursuivrons notre mouvement car le fait que nous enfreignions la loi n’est rien à côté des dommages que provoquent les accords auxquels nous sommes opposés ».
Une action pour l’indépendance :

L’objet du conflit, un accord conclut en 2013, sous le parrainage de l’Union Européenne, dont l’objectif est de normaliser les relations entre le Kosovo et la Serbie. Depuis 2008, la Serbie n’a toujours pas reconnu l’indépendance du Kosovo qu’il considère encore comme une de ces provinces et le parti de l’opposition estime que dans ce cas, des discussions avec Belgrade pourraient compromettre l’indépendance de leur pays. Le parti « Vetëvendosje » affirme que cet accord ne pourrait que renforcer les divisions ethniques à l’intérieur du pays.
Pal Lekaj, un autre député de l’opposition a déclaré à la presse, « Nous avons des réserves illimitées de lacrymogène, plus le gouvernement poursuivra sa dictature plus nous sommes déterminés à continuer»
D’autres députés, dont le leader du parti Albin Kurti, on déjà fait l’objet d’arrestation après avoir essayé d’empêcher la tenue d’une séance du Parlement en novembre dernier.

L’incident passé, les députés du parlement ont pu reprendre leur travaux dans une autre salle afin d’adopter le budget 2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s