La Libye: futur sanctuaire djihadiste ?

Actuellement, l’actualité et les médias sont tournés vers la Syrie mais la situation en Libye est tout aussi catastrophique et chaotique. Alors qu’en Syrie et en Irak, l’EI encaisse des revers et commencent à subir les contre-offensives de ses différents opposants, Daesh reconstruit progressivement un nouveau « sanctuaire » en Libye, dans l’ombre du conflit proche-oriental. Chaque jour, un scénario cauchemardesque se précise: la Libye transformée en un sanctuaire islamiste, doté d’immenses richesses pétrolières, au cœur de l’Afrique du Nord, aux portes de pays européens qui éprouvent de plus en plus de mal à contrôler leurs frontières face aux vagues de réfugiés et migrants.
I-Le syndrome post-Kadhafi: une montée en puissance de l’islamisme

La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute de l’ex-dictateur Mouammar Kadhafi, en 2011. Deux autorités politiques se disputent le pouvoir depuis l’an dernier, l’une dont le siège est à Tripoli, et l’autre, la seule reconnue internationalement, dans l’est du pays.

L’islamisme politique a fortement réémergé dans ce riche territoire du Nord de l’Afrique, alors que l’on tentait de faire de la Libye une « démocratie »1. On retrouve différents mouvements à travers ces islamistes : les Frères musulmans (qui tentent de conquérir en Libye ce pouvoir qui leur a échappé en Égypte et partiellement en Tunisie) mais aussi divers groupes plus radicaux encore, des djihadistes de l’Est et du Sud de la Libye.
Alliés aux milices de la ville de Misrata, les islamistes contrôlent actuellement Tripoli, la capitale libyenne. Attisant le chaos, après avoir perdu les élections de l’après-guerre, les forces islamistes ont continuellement saper l’autorité du faible pouvoir qui se mettait en place, puis elles ont mené au Parlement un quasi-coup d’État institutionnel avant, enfin, de mener une guerre contre son rival.

carte libye

Carte donnant un aperçu des différentes forces en présence en Libye

Dernièrement, des représentants des deux autorités libyennes rivales ont annoncé dimanche 6 décembre en Tunisie être parvenus à un accord, qui devra être approuvé par les deux Parlements, établissant ainsi un processus politique pour mettre fin au conflit qui ravage le pays. Cet accord politique prévoie notamment la « formation d’un gouvernement d’union nationale », reposant sur une « coopération transparente » dans le but de lutter contre l’expansion rapide de Daech dans la région.
Cependant, chaque assemblée est adossée à un bloc de milices qui imposent le plus souvent leur volonté aux parlementaires, rendant le règlement de la crise d’autant plus compliqué.

II-Regroupement et implantation de l’EI en Libye

Le chaos qui s’est installé progressivement en Libye après le renversement du régime de Mouammar Kadhafi, en 2011, a profité entre autres à l’organisation Etat islamique (EI), qui y a gagné du terrain et contrôle aujourd’hui la ville de Syrte. De toute part, des volontaires viennent grossir les rangs de Daech. Ces djihadistes proviennent de Libye même mais aussi en grande partie de nombreux pays musulmans avoisinants (Tunisie, Soudan, Yémen, Égypte, Moyen-Orient…).
Selon un récent rapport d’un groupe d’experts de l’ONU, il y aurait entre deux mille et trois mille combattants locaux de l’EI en Libye, dont 1 500 à Syrte, située à 450 km à l’est de Tripoli.

daech libye

Exécution de ressortissants égyptiens par l’organisation terroriste Daech

La Libye abrite des camps d’entraînement à partir desquels ont été fomentés des attentats, notamment celui du Musée du Bardo à Tunis, en mars, et celui contre un hôtel de la station balnéaire de Sousse, en juin.

Le raid lancé le 13 novembre par les États Unis dans l’Est de la Libye ayant abouti à la mort du chef de l’EI en Libye (un irakien) ne changera que très peu de chose sur le moyen terme. La situation reste alarmante et ne peut être ignorée.

III-Une menace non négligeable pour la France et l’Europe

La crainte d’une possible future base régionale de l’organisation djihadiste est dans la tête de tous les pays européens. A la fin de novembre, Jean-Yves Le Drian, qui alerte depuis plus d’un an sur la situation en Libye, avait exprimé une nouvelle fois son inquiétude face à la progression des djihadistes. Le risque d’afflux de combattants du groupe Etat islamique en Libye reste une de ses principales préoccupations mais constatant l’extension de l’EI vers le sud de la Libye, le ministre de la Défense s’inquiète tout autant d’un risque de connexion à terme avec les djihadistes de Boko Haram au Nigeria. La crainte du djihadisme dans les pays adjacents  est aussi forte.

L’armée française a effectué des vols de reconnaissance au-dessus de la Libye en novembre, et en planifie d’autres, comme le précise le dossier de presse diffusé vendredi 4 décembre par la présidence française à l’occasion d’une visite du président François Hollande à l’équipage du Charles-de-Gaulle.
Les missions aériennes ISR (intelligence, surveillance et reconnaissance) visent à collecter des renseignements sur des mouvements de troupe et des cibles potentielles.
Engagée en Irak et en Syrie contre l’EI, la France écarte pour l’heure l’option militaire en Libye tant que les deux gouvernements n’auront pas réglé leurs différents. Elle a toutefois installé une base militaire temporaire à Madama, dans le nord-est du Niger, à proximité de la frontière libyenne.

Pour l’instant, les djihadistes n’ont pas encore complètement gagné car le chaos n’est pas encore total. En effet, d’une part, des forces gouvernementales restent encore présentes et d’autre part, AQMI et les forces djihadistes libyennes n’ont pas encore opéré de jonction. Mais la situation risque de très rapidement se détériorer si d’une part, une solution n’est pas trouvée pour mettre fin à la guerre civile qui ravage la pays et d’autre part, si l’ensemble des pays luttant contre l’EI en Irak et Syrie ne prennent pas en compte la mesure de ce véritable danger qui sommeille aux portes de l’Europe.

LOBEZ Clément

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s