Human, un film pour l’humanité

UN Photo/Evan Schneider

Yann Arthus-Bertrand, UN Photo/Evan Schneider

Un projet universel

Human est le dernier film de Yann Arthus-Bertrand, réalisateur du documentaire Home en 2009. L’idée est partie du constat du réalisateur que « Je suis un homme parmi 7 milliards d’autres. Depuis 40 ans, je photographie notre planète et la diversité humaine et j’ai le sentiment que l’humanité n’avance pas. On n’arrive toujours pas à vivre ensemble. Pourquoi? Ce n’est pas dans les statistiques, dans les analyses que j’ai cherché la réponse, mais dans l’homme. » Dans ce but, avec son équipe, durant deux ans, ils sont partis dans 60 pays et ont interviewé plus de 2020 personnes en leur posant des questions identiques quelque soit leur sexe, âge, culture, langue, religion. Des questions touchant l’homme dans son essence  et dont les réponses sont regroupées en thème dans la production finale : l’amour, le travail, les femmes, la pauvreté, la guerre, le pardon, l’homosexualité, la famille, la vie après la mort, le bonheur, l’éducation, le handicap, l’immigration, la corruption et le sens de la vie.

Un film à différents niveaux

Toutes les interviews sont recueillies sur fond noir, avec un gros plan sur le seul visage. Cela prévient de tout jugement ou biais culturel et donne toute sa puissance à l’émotion qui se dégage d’un visage et d’un regard.

Les témoignages d’une sincérité et d’une simplicité poignantes, qu’ils soient remplis d’amour, de joie, d’espérance ou alors de haine, de vengeance et d’amertume, constituent une véritable représentation de l’humanité qui pose le spectateur face à lui-même. En mettant en scène ce qui nous rend Humain, que ce soit au travers des petites anecdotes ou d’histoires incroyables, chacun se retrouve immergé dans ce qu’il a d’unique et ce qu’il a d’universel.

Yann Arthus-Bertrand voulait que ce soit un film à trois voix : celle des Hommes, celle de la Terre et celle de la musique. Pour cela les témoignages sont entrecoupés d’images aériennes de la Terre, mettant en image l’ambivalence de sa beauté sauvage et de sa surexploitation tout en posant la question de la place de l’Homme à sa surface. Ces vues sont accompagnées d’une musique d’Armand Amar qui est allé chercher dans les musiques traditionnelles de tous les continents pour sublimer les images et transcender l’émotion.

L’éthique du film

Afin de rendre la production la plus accessible possible, 11 films en ont été faits selon leur destination. Entre autres France 2 en a diffusé un, un autre a été diffusé du 12 au 22 septembre 2015 en salles à des conditions privilégiées et est désormais accessible gratuitement pour les mairies, ONG et associations et une version longue de 3 films d’environ 1h25 est accessible gratuitement sur YouTube et Google Play, en 6 langues.

Ecologiste convaincu et militant, Yann Arthus-Bertrand a fait que l’ensemble des 103 tournages aient été compensés carbone.

Sophie Patillon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s