La stratégie de Vietnam en mer de Chine

Revendications dans la mer de Chine (c) dombosco.fr

Depuis longtemps, et surtout après la construction d’un site off shore de la Chine en mai 2014, le Vietnam veut assurer sa souveraineté en mer de Chine avec la revendication des Hoang Sa qui ont selon Hanoï une importance économique et historique.  Pour conserver cette souveraineté, le Vietnam exerce trois stratégies:

  • amélioration de ses forces militaires défensives avec ses partenariats internationaux,
  • l’utilisation du droit international et la communauté internationale pour renforcer ses revendications,
  • renforcement le sentiment de souveraineté des territoires maritimes de son peuple.

Hanoï comprend qu’elle ne peut pas lancer une attaque directe contre la Chine en mer de Chine, mais elle assure sa capacité à se défendre face à une menace de la Chine dans les alentours des Hoang Sa. Le Vietnam a également fait des manœuvres conjointes avec la marine étatsunienne en mer de Chine[1].  En renforçant sa capacité militaire, avec l’amélioration de sa protection contre les sous-marins chinois et  de l’augmentation de ses moyens de surveillance militaire, le Vietnam peut s’assurer qu’il ne subira pas un autre désastre face aux chinois et il envoie un message à la Chine que le Vietnam ne peut pas être ignoré.

Le Vietnam utilise les accords internationaux et le dialogue entre Etats comme base de légitimité pour sa prétention aux Paracels comme deuxième stratégie.  Il publie également des rapports, comme son livre blanc en 2009, ou crée ses propres lois dans son Assemblée nationale à propos de sa souveraineté pour faire voir ses intentions au niveau international[2].

Puis pour continuer d’affirmer l’importance historique de sa souveraineté, le Vietnam a mis en place plusieurs programmes pour rappeler au peuple l’importance de ces îles dans l’histoire de la nation.  Ces programmes sont par exemple un concours d’essai sur la signification de la mer et des îles pour la nation ou un festival de la mer en 2012[3].

Contexte

Le Vietnam a choisi ces trois stratégies face à la Chine parce qu’il veut garder les bonnes relations avec son voisin et partenaire d’échanges.  Le Vietnam préfère le dialogue multilatéral quand il s’agit des îles, mais il comprend également que la Chine peut ignorer les consignes de la communauté internationale et sent que la Chine se comporte comme une puissance qui a le pouvoir sur toutes les économies dans la région.  Depuis le XIXème siècle et surtout pendant le XXème siècle on a vu la tension monter entre la Chine et le Vietnam au sujet de ces îles.  Les deux pays revendiquent ces îles et depuis des siècles ont occupé une partie ou l’ensemble de ce territoire.  Le Vietnam déclare qu’il a conquit ces îles sous l’empereur Gia Long en 1816. Les chinois disent qu’ils ont fait la même chose sous la dynastie de Qing, mais le Vietnam explique qu’aucune carte de cette dynastie ne dépeint les îles.  Ces problèmes d’histoire sont fréquents et difficiles pour le dialogue entre pays.  Vietnam réclame les îles grâce aux accords de l’UNCLOS en 1982 et suite à la Conférence de San Francisco de 1951.  La Chine revendique ces îles pour des enjeux de voie de passage maritime et pour des intérêts pétroliers en citant leur présence historique sur les îles.   Dans tous les cas, les deux côtés ne s’entendent pas et souvent cela devient violent comme avec la bataille en 1974, l’altercation en 1988 ou de mai 2014, et chaque fois il y a des manifestations violentes qui suivent et qui arrêtent le dialogue entre les deux pays.

 

Enjeux

L’enjeu principal pour le Vietnam dans sa conquête des îles Paracels est la capacité de montrer son pouvoir et sa puissance contre les grands Etats comme la Chine.  Pour Hanoï, c’est protégé ses arrérages et sa capacité dans l’avenir d’assurer ses exportations de pétrole.  Le Vietnam veut trouver une solution sans utiliser la force en espérant trouver un système de coopération entre les deux pays au niveau économique, mais le rapprochement de Vietnam avec la Russie, les Etats-Unis et l’Inde monte leur volonté de limiter l’expansionnisme chinois sur son territoire.  Si le Vietnam veut assurer sa voix dans les affaires de la mer de Chine et dans la région en générale, il faut qu’il limite l’expansion de la Chine, affirme sa souveraineté sur ses îles et augmente sa capacité militaire.  S’il peut se lier avec les bons partenaires, comme les Etats-Unis, sa stratégie peut mener à plus de pouvoir dans la région, quelque chose que la Chine ne veut pas.

[1] BOUNY, André, « Mer de l’Est pour les Vietnamiens ; mer de Chine méridionale pour les Chinois », Mondialisation.ca

[2] LE TRAN, Anh, « Viêt-Nam Résistant », Outre-Terre n°25-26, 2010/2 p. 354

[3] LE TRAN, Anh, « Viêt-Nam Résistant », Outre-Terre n°25-26, 2010/2 p. 355

Annika GODEFROY

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s