2014: que retenir géopolitiquement?

(c)DR

(c)DR

L’année 2014 touche à son terme, une année riche en évènements géopolitiques, qui se révèle avoir un bilan « guère réjouissant » pour Pascal Boniface, directeur de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS). Que faut-il donc retenir de cette année écoulée ?

La crise en Ukraine

Commencée en 2013, la crise ukrainienne a pris une nouvelle tournure avec une annexion pure et simple de la Crimée par la Russie. Une annexion qualifiée de « changement territorial illégal » par une grande majorité de l’Occident. Cette crise est l’un des révélateurs profonds du fait que la Russie et l’Occident n’ont pas réussi à normaliser leurs relations depuis la chute de l’URSS. Cette crise ukrainienne ne pourra être résolue que si les deux forces évoquées se voient en partenaire, sur un pied d’égalité, et non plus en vainqueur-vaincu de la guerre froide. La pacification des relations russo-occidentales est aussi primordiale. Tant que Moscou utilisera la force, aucune avancée ne pourra se faire.

Le conflit israélo-palestinien

Cet été, le conflit israélo-palestinien s’est à nouveau enflammé, avec l’attaque de Gaza par l’armée israélienne, et les tirs de roquettes palestiniens, touchant pour la première fois les villes de Jérusalem et de Tel-Aviv. Un retour à l’affrontement armé qui signe l’échec de la tentative de médiation de John Kerry, lancée en juillet 2013. Si Israël l’a emporté sur le plan militaire, sa renommée internationale a subi un sérieux revers. Au point que de plusieurs pays, dont la France, ont fait le choix de reconnaitre l’État Palestinien. Mais tant que les États-Unis ne bougeront pas, Israël ne modifiera pas sa politique.

Les îles Senkaku

Peu évoquées dans la grande presse, ces îles asiatiques ont été au cœur d’un nouveau bras de fer entre la Chine et le Japon, qui a pu faire croire à un regain de tension. Mais une rencontre entre les dirigeants des deux pays aurait donné des signes de rapprochements favorables. Cependant, l’évolution politique du Japon pourrait tendre à nouveau les relations du Japon avec les autres puissances de la région. En effet, sous l’impulsion du premier ministre Shinzo Abe, le Japon envisage de réviser sa constitution et principalement l’article 9, voté à la sortie de la seconde guerre mondiale. Il stipule que le Japon « renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation, ou à la menace, ou à l’usage de la force comme moyen de règlement des conflits internationaux», en faisant donc un État pacifique par essence. Si une telle réforme aboutissait, les relations entre le Japon, et la Chine, ou la Corée du Sud pourraient s’en trouver modifiées de nouveau.

L’essor de l’État Islamique (EI)

Surement l’évènement le plus marquant de l’année. Pour beaucoup de spécialistes, c’est aussi le résultat de la deuxième guerre du Golfe de 2003. Mais pour Pascal Boniface, cet essor est à relativiser : « il fait peser une menace sur les populations de la région mais n’en représente pas une aussi importante pour les pays occidentaux ». Ces derniers se sont pourtant portés à la tête d’une coalition internationale contre l’EI, États-Unis en tête. Même si les occidentaux refusent pour le moment d’envoyer des troupes au sol.

L’attaque cybernétique du film « The Interview qui tue»

L’attaque cybernétique, imputée à la Corée du Nord, a bien sa place dans ce bilan. C’est en effet l’un des évènements les plus criants d’une guerre culturelle qui peut se livrer dans le monde. Ce film est devenu un symbole de la liberté d’expression pour une partie des États-Unis, Washington promettant même une riposte. De son côté, Pyongyang a qualifié le film « d’acte terroriste ». Même la Russie y est allée de son commentaire affirmant « comprendre la colère de la Corée du Nord », et qualifiant le film d’agressif envers le régime nord-coréen. La tentative du régime de Pyongyang, et les diverses réactions qu’elle a entrainée, montrent bien qu’il n’y a pas une vision universelle de ce qu’est la culture, et que les puissances opposées sont prêtes à se livrer une guerre technologique sur ce point.

 

Les évènements à retenir dans cette année 2014 touchent donc l’intégralité du globe. Occident, monde musulman, Asie, et monde russe ont tous été impliqué dans diverses tensions, pas forcément armées ou directes. Peu de ces évènements ont été positifs, ou laissent présager une sortie de crise rapide.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s