Il y a un an en Argentine : des scènes de pillages généralisées

BbE6az-CEAAzwTG

– (c) DR

En décembre 2013 en Argentine les manifestations policières ont engendrées de nombreux pillages dans plusieurs villes du pays.

Cordoba, 4 décembre 2013

La première manifestation à eu lieu dans la seconde ville du pays à Cordoba qui se situe au centre du pays. Dans cette ville industrielle en développement , les policiers sont en grève afin de demander une revalorisation salariale. De fait, de nombreux pilleurs ont en profité pour venir piller les magasins de la ville à la veille de Noël.

Cette grève des policiers à Cordoba a été le fer de lance d’une grève des policiers qui a touché au total 20 des 24 provinces de l’Argentine. Dans chaque province des pillages ont eu lieu engendrant des scènes de guérillas urbaines, de pillages, des heurts entre pilleurs et commerçants. Les conséquences de ces affrontements sont tristes : on compte au moins 13 morts bien que d’après le journal Perfil des chiffres exacts non jamais été publiés.

La grève des policiers

Les policiers argentins demandent une augmentation de salaire jugeant que leur salaire actuel est insuffisant comparé aux risques de leur métier. Ces derniers gagnent l’environ de 400 euros par mois alors que le pays subit une inflation impressionnante. En janvier 2014, Le Figaro annonçait une inflation de 28,38% rien que pour l’année 2013. Ceci est à mettre en relation avec les chiffres que propose le gouvernement argentin par l’intermédiaire de l’INDEC (Instituto Nacional de Estadistica y Censos) ou l’inflation pour l’année 2013 aurait été de 10.9%.

Cependant la police est en question dans le pays, en effet les policiers sont accusés de trafics, de corruption. Si la première manifestation a eu lieu à Cordoba, ce n’est pas un hasard puisqu’en septembre 2013 le chef de la brigade anti-drogue de la ville avait été arrêté avec 5 de ses lieutenants pour corruption et trafic en bande organisée. Une rumeur persistante avait soufflée en Argentine à la suite de ces pillages affirmant que la police avait organisée ces pillages elle-même. Quel est le meilleur moyen pour la police de voir ses demandes aboutir à la vue des conséquences qu’ont entraîné cette grève ?

Un an après le gouvernement prend des précautions

Afin de ne pas revivre les mêmes scènes de violences urbaines, « Cristina », la présidente et son gouvernement, réfléchissent à des mesures. Une des solutions envisagées serait de distribuer des rations de nourritures aux habitants de quartiers défavorisés. Les syndicats veulent davantage et propose un « bon de Noël » de 3000 pesos (environ 280 euros).

Pourtant l’année 2014 ne délogera pas aux tendances des années précédentes puisque l’inflation reste importante provoquant une baisse du pouvoir d’achat qui touche directement la population.

Nicolas MORISSET

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s