Les Burundais inquiets face à la montée d’un groupe politique, les Imbonerakure

imbonerakure-photo-irin-550x4501

Jeunes appartenant aux Imbonerakure

Au Burundi, un groupe de jeunes proches du parti au pouvoir (le CNDD-FDD), crée la polémique et inquiète à bien des égards : nommés les Imbonerakure, ils multiplient les actes d’intimidation et de violence envers la population, en particulier les opposants politiques. Des responsables politiques hauts placés et des juristes réclament au pouvoir d’agir, tant la menace se fait pressante.

La controverse au sujet de la Ligue de la jeunesse du CNDD-FDD a été relancée le 9 mai dernier, lorsque deux journalistes ont été interceptés dans la commune de Marangara, dans le Nord du pays, se trouvant ainsi entravés dans l’exercice de leur fonction. Ce blocage a été ordonné par le président du conseil communal et exécuté par des jeunes identifiés comme appartenant aux Imbonerakure. Le président du CNDD-FDD, Pascal Nyabenda, se voulait rassurant et a déploré les faits, insistant sur la nécessité de respecter la « démocratie réelle » prônée par le parti. Pour sa part, le président de la Ligue de la jeunesse, Denis Karera, s’est défendu des accusations portées à l’encontre de l’organisation : il estime « qu’il y a une campagne pour salir et déshonorer la Ligue des Jeunes », et qu’ « un Imbonerakure, c’est un jeune comme tous les autres jeunes {…}. Est-ce que les jeunes des autres partis politiques sont des anges ? ».

Des voix s’élèvent pour dénoncer la montée de violence qui se déroule au Burundi, à un an des élections présidentielles. Parmi elles, l’Association burundaise de protection des droits humains et des personnes détenues (Aprodh), déclare que les Imbonerakure s’arrogent les fonctions de la police et vont jusqu’à mettre eux-mêmes des personnes en prison. Le président de l’association a pu rencontrer certains des individus incarcérés illégalement, estimant que cette dérive est « très grave, car seul l’officier de police judiciaire devrait avoir le pouvoir de mettre les gens au cachot ». D’autres appellent le pouvoir à stopper les actions des Imbonerakure, avantqu’il ne soit trop tard. Le président du Focode (le Forum pour la conscience et le développement), Pacifique Nininahazwe, se dit inquiet du risque qu’ils « {dépassent} les autorités policières et politiques du pays » et affirme que « si ça continue ainsi, un jour les autorités du Burundi se trouveront débordées par ce phénomène de milices politiques ».

Une note de l’ONU, de nature confidentielle, fait d’ailleurs état de la situation, après que des allégations au sujet d’une distribution d’armes aux jeunes aient été portées. Il y est dit notamment que d’après des informateurs clés, « il y a eu distribution d’armes et de tenues militaires et de police au cours des mois de janvier et février aux jeunes affiliés au parti CNDD-FDD (Imbonerakure) ». En outre, « depuis le début de l’année, les actions des Imbonerakure ont continué à monter et elles sont l’une des principales menaces à la paix au Burundi et à la crédibilité des élections de 2015, étant donné qu’ils sont responsables de la plupart des violences politiquement motivées commises contre l’opposition » et « les Imbonerakure agissent de connivence avec les autorités locales et en toute impunité {…} ils se comportent comme une milice qui est au dessus même de la police, de l’armée et de l’appareil judiciaire ». Répondant à ces accusations, Denis Karera déclare qu’une investigation serait nécessaire afin de savoir si les incidents recensés impliquent son organisation, aucune preuve formelle ne faisant état de leur responsabilité. La fuite du câble diplomatique, qui par ailleurs a été authentifié par RFI (bien que le Bnub n’a pas souhaité confirmer les allégations en question), a permis de voir que l’évolution de la situation est suivie de près par les agents de l’ONU. Il est à espérer que le gouvernement parviendra à contenir les velléités des Imbonerakure et à empêcher des exactions futures avant que l’appropriation de la force par le groupe ne prenne une dimension tragique.

Déborah GUIDEZ

http://www.rfi.fr/afrique/20140513-burundi-imbonerakure-condamnent-sequestration-journalistes-cndd-fdd-rfi-nkurunziza/

http://www.iwacu-burundi.org/quand-exces-de-zele-rime-avec-defi-a-lautorite/

http://www.beaconreader.com/matthew-russell-lee/from-burundi-un-is-told-of-youth-wing-being-armed-closed-door-briefing-rwanda-echo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s