Venezuela: quand la carte d’approvisionnement assuré devient objet de renseignements assurés ?

Alors que le pays est en proie à une crise économique, institutionnelle, politique et surtout sociale depuis plusieurs mois avec de nombreuses manifestations des classes moyennes dans les rues de Caracas et l’emprisonnement de plusieurs opposants politiques, le Gouvernement vénézuélien a mis en place au début du mois un tout nouveau système : la carte d’approvisionnement assuré.

Clients vénézuéliens tamponnés avant de pouvoir aller s’approvisionner – Tous droits réservés

En 2003, l’ancien Président du Venezuela Hugo Chávez avait engagé une vaste réforme baptisée « programme alimentation ». Il s’agissait de distribuer et de vendre de la nourriture et d’autres produits de base dans des enseignes d’État à des prix moins élevés que dans le privé. Mais cette mesure, destinée à soutenir les plus démunis a surtout fait le jeu des « bachaqueros« , ces contrebandiers qui viennent acheter de nombreux produits à bas coût pour ensuite les revendre à la sauvette dans la rue ou les transporter jusqu’en Colombie. Ainsi, environ 40% des produits sont exportés illégalement de l’autre côté de la frontière avant d’être revendus jusqu’à dix fois leur prix initial.

A cette contrebande s’ajoutent la peur de la pénurie et par conséquent, ce que le Gouvernement a baptisé « la manie du stockage domestique ». De nombreux ménages, par peur de ne pas trouver les articles dont ils ont besoin lors de leurs prochains achats, ont en effet tendance à acheter d’énormes quantités d’un seul et même produit afin de constituer des réserves…. Ce qui provoque la pénurie de ces mêmes articles !

Ainsi, en janvier 2014, la Banque Centrale Vénézuélienne publiait un rapport annonçant que sur cent produits de base, vingt-huit étaient introuvables et ne disposaient d’aucun substitut, soit plus d’un quart des articles de première nécessité alors que d’autres tels que le lait, la farine, le papier toilette ou encore l’huile de cuisine sont très difficilement disponibles dans les supermarchés. En 2013, le Venezuela était donc contraint d’importer plus de 50% des denrées alimentaires disponibles dans le pays et subissait une inflation de 56% soit le taux le plus élevé d’Amérique latine et un des plus forts au monde.

Face à cette situation de crise et aux mouvements de plus en plus importants des classes moyennes, le Président Maduro a dénoncé la « guerre économique » que mèneraient les capitalistes et l’opposition et a opté pour un changement de stratégie : alors qu’il déclarait sur la Télévision d’État, en juin 2013, que la solution était de produire davantage, M. Maduro a décidé de lancer une « carte d’approvisionnement assuré » depuis le 1er avril 2014 afin de lutter contre la contrebande et la spéculation.

Alors que des systèmes de restriction avaient déjà été mis en place à la frontière colombienne pour limiter les reventes de produits, cette carte va peu à peu étendre la limitation du nombre d’achats à l’ensemble du pays ; c’est donc toute une liste de produits de base dont les détenteurs de cette carte ne pourront plus bénéficier qu’une fois par semaine lorsqu’ils se fournissent dans les magasins gérés par l’État.

Accordée automatiquement aux citoyens bénéficiant des programmes sociaux de l’État et à ceux disposant d’un compte à la Banque du Venezuela, cette carte sera également disponible pour les autres vénézuéliens s’ils en font la demande. Des mesures telles que des réductions encore plus importantes, des offres commerciales supplémentaires ou encore une tombola mettant en jeu cinq cents maisons ont été prises dans le but de convaincre les plus hésitants.

D’autant plus qu’obtenir cette carte est chose aisée. Il suffit de donner son nom, son adresse, son emploi, son salaire, et d’indiquer si on est propriétaire ou non d’un logement ou d’une voiture… Puis d’apposer son pouce afin de faire enregistrer son empreinte digitale… La carte est ensuite reliée à un système informatique qui enregistre les achats au fur et à mesure et déclenche un signal d’alarme quand les courses de la personne laissent à penser qu’il pourrait s’agir d’un individu suspect.

Selon le Lieutenant Colonel Yvan Blanco, Président des supermarchés publics PDVAL, en seulement dix jours, 200 000 personnes auraient émis le souhait d’acquérir cette carte. Mais celle-ci ne fait pas l’unanimité et plusieurs voix s’élèvent déjà contre ce système. Alors que pour certains tels que l’économiste Miguel Díaz, cette « solution » va accroître le problème, pour d’autres, notamment pour l’alliance nationale des consommateurs, c’est davantage le spectre du rationnement à la cubaine qui effraie. En effet, depuis cinq décennies l’île est sujette au rationnement et selon les personnes dépendantes de ce système, les conditions de vie seraient de plus en plus difficiles depuis ces dernières années avec un quota mensuel tout juste suffisant pour subvenir aux besoins des ménages pendant deux semaines. Toutefois, pour l’économiste Rafael Macquae, la situation vénézuélienne est encore loin d’être aussi préoccupante que celle de sa voisine cubaine où « l’État a remplacé le marché privé ».

Mais outre ces menaces concernant les biens en eux-mêmes et leur disponibilité, c’est également (et surtout ?) la crainte d’une utilisation de ces données par le Gouvernement contre ses opposants qui inquiète car comme le rappellent de nombreux observateurs, ce système ne sera contrôlé par aucune institution indépendante…

Hélène DUPUIS

Références:

http://www.theguardian.com/world/2014/apr/01/venezuela-food-shortage-id-cards

http://www.theguardian.com/world/2014/apr/04/venezuela-queues-food-ration-cards

http://panampost.com/marcela-estrada/2014/03/11/food-rations-now-a-reality-in-venezuela/

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20140417.OBS4256/venezuela-le-gouvernement-rationne-les-achats-en-supermarche.html

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/03/11/au-venezuela-penurie-et-petits-trafics-en-serie_4380930_3234.html

http://www.affaires-strategiques.info/spip.php?article9211

http://www.lemonde.fr/venezuela/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s