Droits de l’Homme bafoués et minorités persécutées, triste bilan pour la Birmanie

Source: Info Birmanie

Revendications birmanes – Source: Info Birmanie

Alors que la presse française n’aborde que très peu le sujet pour des intérêts économiques, la Birmanie est en train de replonger inévitablement dans une situation catastrophique dans laquelle son gouvernement est le maître, et le peuple n’est rien. Ko Zarni, activiste birman a témoigné de la situation birmane lundi 2 avril dernier grâce à Info Birmanie, centre d’information et de plaidoyer français pour la Birmanie.

Les débuts de l’année 2014 ont marqué les prémices d’un retour en arrière pour les birmans. On se souvient des massacres par des bouddhistes extrémistes contre la minorité musulmane Rohingya de 2013 qui avaient marqué la communauté internationale. Depuis, la Birmanie est restée plutôt discrète dans l’actualité pour réapparaître le 27 mars dernier toujours à propos de la minorité Rohingya. Effectivement, le gouvernement birman, sous demande des bouddhistes extrémistes, a expulsé du pays les ONG à but humanitaire telles que OXFAM ou l’UNICEF sous prétexte qu’elles n’aidaient que les Rohingya, allant, de facto, contre la politique du gouvernement. Rappelons tout de même que la minorité musulmane Rohingya est depuis 2012, l’une des minorités les plus persécutées au monde selon l’ONU ; elle est expulsée de ses terres sans motifs valables, et laissée pour compte dans des camps de réfugiés où interviennent les ONG. Par ailleurs, des propositions de lois discriminatoires sont faîtes par les groupes bouddhistes extrémistes contre les musulmans qui pourraient se voir limiter sur le nombre de leurs enfants et limiter pour les mariages inter-religieux. Le gouvernement birman est clairement l’auteur d’une instrumentalisation religieuse à des fins politiques puisque ne l’oublions pas, les prochaines élections sont prévues pour l’année prochaine.

Autres faits inquiétants, de 1990 à 2012, l’armée birmane (directement liée au gouvernement) a confisqué 1,6 millions d’hectares de terres aux birmans sans justification, si ce n’est pour des intérêts économiques, alors que 70% de la population travaille dans le secteur agricole. Des manifestations ont lieu dans tout le pays contre ces confiscations systématiques. Rappelons également que le pays est continuellement sujet aux violations des droits de l’Homme avec le travail des enfants, les mauvais traitements au travail, les agressions sexuelles sur les femmes, etc. En outre, alors que le gouvernement avait autorisé les manifestations, des mesures ont été prises pour les éviter et des nouveaux articles de lois sont apparus, restant flous, de manière à évincer toute personne critiquant le gouvernement. En ce sens, les birmans qui refusent de céder leur terre et les personnes qui manifestent contre le gouvernement peuvent être emprisonnées. Les actions des activistes deviennent de plus en plus rares, et les travailleurs, très peu syndicalisés (40 000 pour 20 millions d’actifs) n’ont aucun droit. Pour exemple, en 2013, 9 membres de l’ONG Movement For Democracy Current Forces ont été arrêtées et condamnées à des peines de prison, et cette année, 5 membres attendent d’être jugés, dont Ko Zarni, le porte-parole.

Aujourd’hui, afin de mettre en exergue les relations ambiguës entre le gouvernement birman, l’armée, les bouddhistes extrémistes ainsi que les « cronies », Info Birmanie a demandé qu’une enquête indépendante, non biaisée, soit réalisée. Jusqu’à maintenant, l’ONU n’a fait que constater sans agir, et aucun pays ne se mouille risquant d’y laisser des intérêts économiques. Si des critiques sont faîtes sur la Birmanie, des portes se ferment pour les investisseurs étrangers.

Gaëlle RUBEILLON

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s