Vers un conflit sino-japonais ? (1/2)

Tous droits réservés

Navires japonais – Tous droits réservés

La revendication des îles Senkaku est de nouveau au cœur des tensions entre la Chine et le Japon. Cet archipel est au centre des préoccupations géopolitiques maritimes en Asie où les démonstrations de forces entre les deux puissances de la région sont de plus en plus courantes.

Depuis l’annexion par le Japon en 1895, les revendications des îles Senkaku (Diaoyu pour la Chine) sont courantes. C’est à partir du début des années 1970 que les rivalités vont réellement débuter. Les tensions entre Taiwan, la Chine et le Japon vont se traduire par des actions comme des intrusions dans les eaux territoriales et en 1992 le gouvernement chinois va promulguer une loi revendiquant sa souveraineté sur les îles Senkaku. On peut considérer que le rapport de la Commission économique et sociale pour l’Asie Pacifique évoquant la présence de gisements pétroliers dans cette zone a attiré l’attention sur cet archipel dès 1968. C’est seulement en 1996 que des négociations bilatérales vont avoir lieu entre la Chine et le Japon sur les droits maritimes jusqu’en 2010 pour un accord international sur l’exploitation des ressources en Mer de Chine et en 2011 pour l’accord de principe sur les recherches et les secours.

Cela dit, durant cette période, d’autres tensions vont malgré tout apparaître impliquant des bateaux chinois, taïwanais et japonais ainsi que des actions d’activistes. La volonté de rachat par la préfecture de Tokyo puis par le gouvernement japonais qui louait, jusque là, la majorité des îles va engendrer de nouvelles conséquences en 2012. Face aux intrusions systématiques des navires chinois, le premier ministre nippon Shinzo Abe va annoncer la création d’une force spéciale pour la protection des îles comportant 600 hommes et une douzaine de navires basés à 175 km de l’archipel sur l’île d’Ishigaki. Dans un autre discours, le 26 août, c’est cette fois le ministre de la Défense qui mettra en garde la Chine contre toute politique d’expansion.

Ce dimanche 2 février, les rapports de forces entre les deux puissances se sont poursuivis avec l’entrée de trois navires chinois dans la eaux territoriales japonaises. Ces bâtiments sont supposés être des « Haixun » disposant d’une plateforme pour hélicoptères. Cette intrusion rappelle celle du 27 janvier dernier durant laquelle d’autres navires chinois étaient restés durant deux heures dans les eaux japonaises. Malgré l’envenimement des relations par toutes ces manœuvres d’intimidations et incursions navales, un conflit est-il possible entre les deux puissances ?

Lors d’une conférence sur la sécurité organisée ce weekend à Munich, Henry Kissinger, ancien secrétaire d’Etat américain a comparé ces tensions à celles ayant eu lieu en Europe au XIXè siècle en précisant que « l’hypothèse d’un conflit militaire n’est pas exclue ». Le diplomate a également insisté en déclarant : « Entre le Japon et la Chine, l’enjeu, pour nous autres, est qu’aucune des deux parties ne soit tentée de recourir à la force pour régler les problèmes ». Cependant, nous pouvons noter que les frictions entre les deux états prennent un nouveau tournant avec l’exacerbation des mentalités nationalistes et des politiques de plus plus belliqueuses.

(lien vers la partie 2/2)

Ronan Hélou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s