Un regain de violence inquiétant en Irak

AFP - Azhar Shallal - tous droits réservés

AFP – Azhar Shallal – tous droits réservés

En ce début d’année 2014 l’Irak est confronté à une montée des violences provoquées par l’EIIL (L’Etat Islamique en Irak et au Levant), une organisation affiliée à Al-Qaida de plus en plus active dans la zone Irak, Liban, Syrie et qui vient de s’implanter fermement dans les villes de Fallouja et Ramadi à l’Ouest de Bagdad. 

Selon l’ONG Iraq Body Count, l’année 2013 fut la plus meurtrière depuis cinq ans avec plus de 9400 civils tués. En effet le gouvernement Irakien a dernièrement beaucoup usé de la force pour balayer des zones Sunnites en proies à des mouvements de révolte contre le pouvoir central et surtout contre le premier ministre Chiite Nouri Al-Maliki. On peut notamment rappeler l’épisode sanglant d’Avril 2013 à Houweija où une manifestation anti Maliki avait été brutalement dispersée faisant alors une cinquantaine de morts. Par la suite, le mouvement de contestation s’était transformé en rébellion armée impliquant une série d’embuscades et d’attentats. Cette fois ci une nouvelle rébellion a éclaté suite au démantèlement d’un camp de protestataires le Lundi 30 Décembre. Profitant de l’indignation générale et d’un retrait des forces de sécurité après le démantèlement du camp, les combattants de l’EIIL, retranchés à la base dans des zones rurales et désertiques, ont attaqués et pris le contrôle de Fallouja et des quartiers de Ramadi. Les combats ont fait rage dans cette zone en opposant l’EIIL aux unités d’élites Irakiennes aidées par des milices Sunnites anti Al-Qaida; on compterait déjà 160 morts en seulement deux jours. Actuellement l’EIIL semble bien avoir pris pied dans cette zone et a proclamé l’instauration d’un émirat Islamique indépendant. Depuis l’invasion Américaine de 2003 c’est la première fois que des combattants liés à Al-Qaida prennent le contrôle d’une zone urbaine au grand jour ce qui, aujourd’hui, est d’autant plus inquiétant devant la progression, sur le terrain, de cette organisation sur le territoire Syrien. De plus nous pouvons rappeler que le but des Djihadistes est d’instaurer un état Islamique transnational sur les zones frontalières du Liban, de la Syrie et de l’Irak. Ce Dimanche 5 Janvier 2014, le gouvernement Irakien a affirmé sa volonté de lancer une « attaque majeure » dans la zone de Fallouja afin d’en reprendre le contrôle. Les forces de sécurité attendent en effet que les habitants quittent la ville alors que des unités spéciales ont déjà mené des opérations et que l’armée encercle cette zone. Les violences ne font donc que s’accroître en ce début d’année, parallèlement à Fallouja une série d’attentats a également frappée Bagdad ce Dimanche 5 Janvier en faisant une quinzaine de morts et 40 blessés.

On peut se demander dans quelle mesure le gouvernement arrivera t-il à mater les Djihadistes sans empirer la situation. En effet les répressions violentes menées par le ministre Maliki aident beaucoup les Djihadistes à s’implanter dans le camp Sunnite, il est donc important d’éviter à tout prix une situation de guerre civile basée sur des motifs confessionnels. Cette récente situation a également fait réagir les Etats Unis qui lors de l’invasion de l’Irak avaient subi dans cette zone leurs pertes les plus lourdes depuis la guerre du Vietnam. Si le Pentagone a déjà livré des missiles à Bagdad et qu’il devrait envoyer des drones, le secrétaire d’état Américain John Kerry qui s’est montré très préoccupé par la situation, a affirmé que Washington soutient le combat contre les insurgés mais que les Etats Unis n’interviendraient pas. Une réaction logique plus de deux après que les derniers GI aient quitté le pays. Ce regain de violence causé par l’EIIL est donc plutôt sérieux, il a également fait réagir l’Iran qui a déclaré ce Dimanche que l’armée Iranienne serait prête à fournir des équipements et des conseils à l’armée Irakienne sans toutefois fournir des hommes. Ce geste spontané vise à une coopération avec l’Irak afin de lutter contre Al-Qaida. On peut souligner que l’Iran soutenant fermement le régime de Bachar El Assad a déjà envoyé des conseillers militaires en Syrie. De plus l’EIIL préoccupe beaucoup l’Iran depuis qu’ils ont revendiqué un attentat suicide mené ce jeudi 2 Janvier à Beyrouth contre un bastion Chiite du Hezbollah Libanais soutenu par Téhéran.

La situation au Moyen Orient continue de poser de nombreuses problématiques et la fracture confessionnelle entre Chiites et Sunnites, largement exacerbée par le conflit Syrien, semble se creuser de plus en plus. Nous verrons comment le gouvernement Irakien répondra à cette rébellion Djihadiste dans les prochaines semaines tout en espérant que cette vague de violence ne s’étende pas trop.

Géry Bailliard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s