Sotchi , montée des tensions à un mois des JO

Vladimir Poutine lors du départ de la flamme Olympique, Moscou le 6 Octobre. Photo AFP: Alexei Nikolsky. Tous droits réservés.

Vladimir Poutine lors du départ de la flamme Olympique, Moscou le 6 Octobre.
Photo AFP: Alexei Nikolsky.
Tous droits réservés.

Le 7 février prochain débuteront les Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi. L’objectif du gouvernement Russe est de montrer, à travers cet événement sportif, que le Caucase est aujourd’hui une région pacifiée principalement depuis la fin de la seconde guerre de Tchétchénie en 2000. Un pari difficile à tenir devant les trois récents attentats meurtriers perpétrés en seulement quatre jours.

Situé dans la partie Russe du Caucase au bord de la mer Noire, la ville balnéaire de Sotchi représente un enjeu de taille pour le président Russe Vladimir Poutine qui a fait des jeux Olympiques d’hiver « une priorité nationale ». D’importantes mesures de sécurité y sont déployées avec plus de 35000 agents de police et de services de sécurités dans la région complétés par des caméras et des drones de surveillance. Ces dispositions empêchent donc potentiellement des actes terroristes directement à Sotchi mais ne protègent cependant pas la totalité du territoire. Une vague d’attentats a en effet débuté le Vendredi 27 Décembre avec une voiture piégée dans la ville de Piatigorsk (Caucase central), suivie par deux attentats suicides à Volgograd, l’un le Dimanche en pleine gare, l’autre dans un bus de ville totalisant 34 morts. Ces attentats utilisant le même type d’explosifs sont très certainement liés.

Si ces actes ne sont pas encore revendiqués, le gouvernement Russe porte beaucoup de soupçons sur les rebelles Islamistes Tchétchène du Nord du Caucase. En Juillet dernier, le chef Islamiste Tchétchène Dokou Oumarov autoproclamé émir du Nord Caucase a appelé ses partisans « partout en Russie, à faire le maximum pour faire échouer des danses sataniques », faisant ainsi écho à la préparation des JO de Sotchi dont certaines épreuves se dérouleront sur les anciens territoires de tribus Caucasiennes vaincues sous l’époque des Tsars. En effet il a aussi déclaré que ces jeux se dérouleraient « sur nos terres et sur les ossements de nos ancêtres ». On peut souligner que Oumarov avait revendiqué les attentats de Moscou en 2010 (métro) ainsi que ceux de 2011 (aéroport de Moscou-Domododevo) et que ces derniers ont utilisé le même mode opératoire avec l’utilisation de kamikazes. De plus, en Octobre dernier une kamikaze avait également fait 6 morts dans un bus de Volgograd. Les médias Russes évoquent les « veuves noires » c’est-à-dire des veuves de rebelles Caucasiens visant la population civile Russe pour venger leurs proches tués par l’armée Russe.

A seulement un mois des JO cette vague de terreur semble bien vouloir déstabiliser le gouvernement en lui montrant qu’il n’est toujours pas complètement maitre de son territoire Caucasien comme il tente de la faire croire à la communauté internationale. Si le coût de cet événement est déjà très élevé avec les constructions des infrastructures sportives, celui-ci devrait encore augmenter en raison du renforcement des mesures de sécurité ordonné par Vladimir Poutine. Reste seulement à espérer que cela sera suffisant et que les JO de Sotchi ne viennent pas nous rappeler ceux de Munich…

Géry Bailliard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s