Les Reapers sont arrivés

    equipages-de-l-escadron-de-drone-1-33-belfort_article_pleine_colonne 

     La France a passé un contrat de plusieurs drones « Reapers »aux américains. Deux d’entre eux, tout juste sortis de l’usine, partent déjà pour le Sahel afin d’appuyer les drones Harfangs déjà sur place qui ont une autonomie relative. Les Harfangs ne peuvent pas intervenir par exemple, en République Centre Africaine , depuis leur base de lancement à Niamey (Niger). Le rôle de ces aéronefs sera la collecte de renseignement sur le terrain. Le livre blanc de la défense ayant considéré un peu plus en compte le rôle des services de renseignement, l’achat de ces drones est donc la concrétisation matérielle de cette nouvelle « ligne stratégique ». 

     Ces drones, affecté à l’escadron Belfort de l’armée de l’air basée à Cognac, seront opérationnels en cette fin d’année. On notera que six pilotes sont désormais aptes à effectuer des missions avec. Non armés (pour l’instant), les Reapers suscitent plusieurs interrogations. Notamment le fait que ces derniers n’ont pas été « francisés » au niveau de leur équipement de bord électronique et au niveau de l’avionique. Cela impliquerai le fait que nos amis américains pourraient se servir dans les bases de données de nos Reapers et avoir accès à des renseignements aériens ou bien prendre en main les commandes de pilotage sans trop de soucis.

       Une autre inquiétude pourrait nous traverser l’esprit, concernant l’armement de ces drones (qui serait une question de temps probablement). Il ne faudrait pas tomber dans une logique de guerre des drones à l’américaine, qui comme nous le savons, présente le seul avantage de ne pas perdre d’hommes sur le terrain et d’instaurer une angoisse permanente au sein des populations des zones de crises. Ces attaques de drones, comme celle perpétrée sur l’ancien leader taliban  Hakimullah Mehsud au Pakistan il y a un peu plus d’un mois, ne sont aucunement efficaces sur un point de vue stratégique. En effet, les drones d’attaque ne font que couper les têtes exécutives des réseaux terroristes (remplacées immédiatement), et ne s’attaque pas à la cible principale, les moyens de financement. Mais ceci reste un autre débat.

       Maintenant il nous reste à voir se que ces nouveaux cadeaux de Noël fait à l’armée de l’air vont prouver et voir se que l’avenir nous réserve en matière de guerre des drones à la française.

David Bourdoiseau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s