La géo-ingénierie, entre rationnalisme et fantasmes

ESPAC003

Le terme de géo-ingénierie désigne toute action humaine visant à ralentir le processus du réchauffement climatique. De par ses méthodes et ses éventuelles conséquences, il parait intéressant d’analyser cette science, dont l’absence de données empiriques divise profondément la communauté scientifique.

Science relativement récente, la géo-ingénierie est apparue en réponse à l’augmentation de la concentration de gaz carboniques présents dans la couche de la basse atmosphère. Certains scientifiques, conscients du fait que les prises de décision tardives des gouvernements et des industriels sur la question du réchauffement climatique risquent de compromettre la pérennité de l’écosystème, ont donc imaginé un moyen de contrer, de manière artificielle, les effets indésirables de l’activité humaine. Divers postulats ont été posés, parmi lesquels l’envoi sur orbite de miroirs réfléchissant (censés intercepter une partie du rayonnement solaire) ou encore le projet des « volcans artificiels », ceux-ci ayant pour fonction l’expédition de particules de soufre dans la stratosphère, particules supposées « capter » les gaz carboniques afin de limiter leur faculté d’absorption des rayons solaires.

Le danger principal se situe dans l’incapacité des scientifiques à évaluer à la fois l’efficacité du processus mais surtout ses conséquences. Les effets secondaires restent pour l’instant hypothétiques, et les quelques simulations qui ont été expérimentées n’ont pas donné de résultats encourageants. D’après le centre de recherche, une émission de particules soufrées dans l’hémisphère Nord conduirait à une absence de pluies dans la région du Sahel, tandis qu’une émission de soufre dans le Sud aurait pour résultat un asséchement du Nordeste brésilien. De plus, une multitude d’effets indésirables ne peuvent être anticipés, car modifier un paramètre climatique comporte le risque d’entrainer des changements trop brutaux, voire irréversibles, pour l’écosystème.

Diverses personnalités tel Bill Gates ont rejoint le mouvement et comptent subventionner des initiatives soutenant la cause de la géo-ingénierie. C’est ainsi qu’un ballon rempli de soufre, ayant trouvé un généreux donateur, devra d’ici quelques mois répandre ses molécules au sein de la haute atmosphère. D’autres lui emboîteront le pas.

L’aspect économique n’est pas à négliger lorsque l’on sait que le grand nombre de particules de soufre, rassemblées sous forme d’aérosols et semblables à celles qui composent les volcans terrestres, sont produites par des firmes industrielles. Des chercheurs s’intéressent d’ailleurs au sujet en recherchant les liens possibles entre les scientifiques « pragmatiques », favorables à la géo-ingénierie, et les industriels.

Déborah GUIDEZ

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2013/04/climat-géo-ingéniérie-risquée.html

http://www.larecherche.fr/actualite/terre/geoingenierie-manipuler-climat-au-nord-assecherait-sahel-01-06-2013-102797

http://www.reporterre.net/spip.php?article4030

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s