L’exception culturelle française intégrée à « une culture mondiale » ?

(Tous droits réservés)

(Tous droits réservés)

Dans la perspective d’un accord commercial transatlantique entre l’Union Européenne et les Etats-Unis, la France fait mouche et revendique son exception culturelle. La presse internationale entend et soutient la condition française.

Le 17 juin dernier se sont ouvertes les négociations concernant l’accord de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Union Européenne. Ces accords prennent en compte de nombreux domaines chers aux deux entités. D’un allant de soi, lorsque l’on touche à la culture, les français ont toujours leur mot à dire, une touche « frenchie » quoi ! La France a été claire sur le sujet : soit l’aspect culturel est retiré de l’accord, soit elle menace d’apposer son véto à la poursuite des négociations.

On pourrait croire que nous voulons sans cesse nous faire remarquer … un peu oui … nous ne pouvons le nier, mais il n’empêche que nous sommes soutenus !  Nous n’avons plus les moyens de nous targuer d’être une puissance mondiale sur les plans économique, politique et militaire, c’est indéniable. Il n’en reste pas moins que nous jouissons d’un rayonnement culturel dont nous sommes assez fiers. Notre « exception », à travers des taxes, des quotas et des subventions sur le cinéma, la télévision, la musique et les arts, permet notamment de soutenir les artistes et réalisateurs. Sans ce dispositif, le cinéma français ne serait pas aussi présent sur la scène internationale, nous devrions uniquement faire face à des séries américaines sur nos écrans, nous ne pourrions certainement pas autant écouter de chansons françaises sur nos radios, etc… La mondialisation nous a devancés dans beaucoup de domaines, mais il faut croire que pour ce qui est de la culture, le coq gaulois a encore un joli plumage.

Dans cette bataille qui s’annonce tendue, nous pouvons compter sur le soutien de 13 ministres européens de la Culture, du Parlement européen, de nombreux artistes étrangers et je dois certainement en omettre. Cette « légitime exception » du Financial Times de Londres ne fait pourtant pas l’unanimité. Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso a inclus l’exception culturelle à un programme antimondialisation réactionnaire : «Cela fait partie de ce programme antimondialisation que je considère comme totalement réactionnaire »[1]. Un intérêt pour M. Barroso ? Le poste de secrétaire général de l’ONU serait-il capable de faire de l’ombre à la culture mondiale ? Parce que oui, « la disparition  de la culture française serait une perte pour le monde entier »[2], et ce n’est pas notre chauvinisme patriotique qui le dit, mais de grands journaux internationaux.

Gaëlle RUBEILLON

Publicités

2 réflexions au sujet de « L’exception culturelle française intégrée à « une culture mondiale » ? »

  1. Merci Gaëlle pour ce post très intéressant! Pourrais tu cependant développer un peu plus sur ce qui englobe cette « exception culturelle », quel est le véritable contenu de cette clause dans le traité commercial transatlantique? Quel est le véritable enjeux de ces tractations ? Merci !

  2. L’exception culturelle n’est pas l’exception française. En bon Français je dirais que les Français n’ont pas la culture de l’exception mais une culture d’exception ! Bref, ça c’était pour la touche « frenchy ». Pourquoi aurions-nous honte d’être fiers d’une richesse culturelle, d’un tourisme d’excellence respectueux et authentique, et d’une « industrie » culturelle florissante ? (Et je rajouterais : Pourquoi devrions-nous avoir honte d’être patriote quand d’autres le sont ouvertement et de manière tout à fait assumée ?) La culture, terme valise dans lequel on met bien des choses, n’est pas un secteur qui, en tant de crise, doit être mis de côté parce que les priorités seraient ailleurs. Les réactions virulentes dans ce débat sur l’exception culturelle ont le mérite d’élever la culture à ce qu’elle est, c’est-à-dire un élément de puissance : le « smart power ».

    Les pourparlers menés avec détermination, dans un esprit de lutte par la France ET ses partenaires européens, dépassent le simple cadre de la course aux parts de marché. Même s’il est vrai que l’argument n’est guère employé, j’aimerais voir dans la volonté européenne de préserver les cultures, parce qu’il s’agit bien de cela, le retour d’un humanisme dans un monde où tout est monétisé. En 2002 au Sommet de la terre à Johannesburg, le président Chirac, dans son célèbre discours « notre maison brûle et nous regardons ailleurs », avait ajouté aux 3 piliers du développement durable un quatrième : la diversité culturelle. De la même manière qu’il faut sauvegarder la biodiversité, il faut défendre la diversité culturelle comme expression des peuples, disait-il en substance.

    L’ « exception culturelle » ou la sauvegarde de la diversité culturelle sont un seul et même combat, en ce sens, cela ne doit pas être perçu comme un caprice français mais comme une exigence européenne. Voilà encore un thème autour duquel les Européens devraient se rassembler afin de montrer qu’ils existent, et de donner sens à leur devise : « unis dans la diversité ». Les exemples ne manquent pas pour illustrer les réactions identitaires, conséquences directes d’une négation de la diversité culturelle, ou les frustrations causées par l’imposition de quotas dans l’ « industrie culturelle ». Prenons le cas de l’Italie, qu’en est-il devenu de son cinéma légendaire, de sa musique fredonnée par tous ? Sans avancer aucune hypothèse, la question se pose et doit être posée. Il ne faudrait pas pour autant considérer ce bras de fer entre l’Union européenne et les États-Unis comme une simple opposition bilatérale, ou comme une « réaction » comme le disent ceux qui maltraitent l’Union, mais comme une volonté sincère de faire vivre le projet européen. Un projet qui porte en lui, peut-être, une autre conception de la mondialisation que celle de nos amis des États-Unis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s