Point sur le Maghreb et le Moyen-Orient, plus de 2 ans après les débuts du Printemps arabe

(Tous droits réservés)

(Tous droits réservés)

Les Regards croisés de Fondacio du jeudi 13 juin intitulé : « Maghreb et Moyen-Orient : crises persistantes ou embrasement général ? », ont permis  à Bruno Callies de Salies, spécialiste du monde arabe, de revenir sur les éléments déclencheurs du Printemps arabe pour mettre en exergue les nouvelles perspectives de cette région.

Les tenants du Printemps arabe touchent l’économie, le social et le politique. La crise économique qui s’est produite aux Etats-Unis et en Europe a eu des répercussions indéniables sur le marché du Moyen-Orient et du Maghreb. Les prix de vente et les recettes liées aux matières premières et matières manufacturées ont chuté. A cela s’ajoutent une baisse des transferts d’argent des immigrés occidentaux, une baisse des recettes touristiques et une baisse des investissements des entrepreneurs. Cette tendance n’a fait qu’accentuer la crise sociale régionale qui enregistre un taux de 40% de sa population vivant sous le seuil de pauvreté. La région vit une transition démographique et les deux tiers de la population a moins de 30 ans. Le taux de chômage estimé à 25% dans la région au début 2011, touche principalement les jeunes et les femmes. Par ailleurs, la région vivait continuellement dans une non-prise en compte des droits de l’Homme et du droit public avec des arrestations arbitraires, des disparitions etc. La majorité des pays était gouvernée par un unique parti dominant. La liberté d’expression était largement contrôlée. Enfin, les régimes et les hommes au pouvoir étaient en place depuis plusieurs décennies sans réelles modifications dans l’organisation et la gestion du pouvoir.
Après plus de deux ans, que peut-on dire des situations tunisienne, libyenne, égyptienne et syrienne ?

La Tunisie tente depuis 2 ans de rédiger une constitution, en vain. Même si un accord semble avoir été trouvé entre les islamistes et les autres partis avec qui les sièges sont partagés, on ne constate pas d’importante évolution dans le pays, le taux de chômage atteignant les 20%, les violences politiques étant toujours autant présentes etc.

La Libye n’a pas connu de véritable politique depuis 40 ans. C’est un pays riche en ressources naturelles mais qui fait face à un grand manque d’investissement en matière d’éducation. En outre, étant donné la multitude des tribus présentes dans le pays, la Libye doit parvenir à établir une politique qui n’exclu personne, un réel enjeu pour un pays où la répartition de l’Assemblée Nationale ne fait pas l’unanimité.

En Egypte, la situation reste toujours complexe ; Mohamed Morsi a été élu mais ni l’Assemblée Nationale ni le Sénat n’ont d’impact sur la politique ayant été dissous ou invalidé. Lorsque l’on sait qu’un tiers de la population est analphabète et que 30% vit sous le seuil de pauvreté, il est difficile de se projeter à long terme.

En Syrie où la diversité religieuses est encline à des tensions continuelles, un constat s’affirme de plus en plus : personne ne souhaite réellement le départ de Bachar-el-Assad. Même si cela pouvait s’avérer cohérent quant à la suite des mouvements, les pays occidentaux admettent que sa chute aurait d’énormes conséquences quant à la stabilisation de la région.

Quel futur peut-on penser? Un avenir islamo-démocrate est souhaitable face à un totalitarisme religieux pressenti dans certains pays. Même si des avancées sont notables dans le respect des droits de l’Homme, le Printemps arabe n’a pas été à la hauteur des peuples assoiffés de démocratie.

Gaëlle RUBEILLON

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s