Point sur les droits de l’Homme au Mali

Exactions-MNLA (Tous droits réservés)

Exactions-MNLA
(Tous droits réservés)

Le 1er février dernier, Amnesty International publiait son premier rapport après l’intervention française. Justifié de témoignages, le rapport est clair, l’armée malienne et les groupes islamistes armés bafouent les droits de l’homme depuis le début des combats en janvier 2012. Aujourd’hui un autre rapport a été publié, et de nombreuses organisations dénoncent ces atteintes aux droits humains.

Le rapport du 1er février[1] fait d’abord état de civils tués lors d’une attaque aérienne de l’armée malienne. Cette attaque n’a jamais été indiquée aux civils. Amnesty International recense ensuite de multiples cas de militaires et civils tués illégalement depuis le début du conflit. Les exécutions extrajudiciaires et les disparitions forcées sont de plus en plus nombreuses depuis janvier 2013 : « Le jeudi [10 janvier 2013] […] j’ai vu un véhicule militaire qui s’est arrêté non loin d’un puits. Les militaires […] ont pris des corps qu’ils ont jetés dans le puits. Le véhicule est reparti et est revenu sur les mêmes lieux. Ils ont pris d’autres corps, au moins six qu’ils ont jetés à nouveau dans le puits. Une fois que les corps étaient au fond du puits, ils ont tiré des rafales à deux ou trois reprises. ». Le Nouvel Obs indique 20 cas commis soit par l’armée malienne soit par les islamistes du Mujao[2] (Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest). De son côté, Human Rights Watch en ce début de mois de juin affirme qu’une centaine de personnes a été arrêtée de manière arbitraire dans la région de Kidal par le MNLA (Mouvement National touareg pour la Libération d’Azawad)[3].

En outre, la population malienne est encline à des arrestations de plus en plus systématiques et le plus souvent accompagnées de mauvais traitements, un cultivateur arrêté pour non présentation de sa carte d’identité témoigne : « Quand je suis arrivé à la brigade, j’ai été battu avec un bâton et le plat d’un couteau, j’en ai perdu connaissance. » Cette même population, principalement au nord du pays subit quotidiennement des violences sexuelles, les femmes et les enfants étant les premières victimes[4]. A cela s’ajoute des actes de tortures de plus en plus banalisés.

Enfin, un phénomène inquiète de plus en plus les autorités, celui du recrutement des enfants soldats par le MNLA et le Mujao. Depuis le début des combats, de nombreux témoins ont affirmé à Amnesty International avoir vu des enfants âgés de 10 à 17 ans armés et défendant les intérêts des deux entités citées : « Ces enfants portaient des fusils. L’un d’entre eux était si petit et son fusil traînait parfois par terre ». Ils sont entraînés et contraints d’avaler certaines substances témoigne l’un d’entre eux : « Avant les combats, on nous faisait manger du riz mélangé à de la poudre blanche et une sauce avec une poudre rouge. On nous faisait aussi des injections. Moi, j’en ai eu trois. Après ces injections et après avoir mangé le riz et la poudre, je devenais comme un moteur de véhicule, je pouvais tout faire pour mes maîtres. Je voyais nos ennemis comme des chiens et n’avait qu’une envie, les abattre. »

De par l’ensemble de ces faits, la Fédération Internationales des Ligues des Droits de l’Homme (FIDH) a condamné ses violations aux droits de l’Homme et appelle notamment les groupes armées et milices à déposer les armes et stopper toutes ces violations. Elle appelle également « les autorités à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la lutte contre l’impunité des auteurs des crimes les plus graves, y compris le cas échéant au sein de l’armée malienne, en respectant des droits de la défense et des droits des détenus particulièrement dans le cadre de la lutte contre les groupes armés », ainsi que la Cour pénale internationale à poursuivre son enquête au Mali.[5]

Gaëlle Rubeillon


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s